Clôture de la Semaine de SM le Roi Mohammed VI à Hawaii

Clôture de la Semaine de SM le Roi  Mohammed VI à Hawaii

La Semaine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Hawaii, qui s’est tenue à Honolulu du 28 novembre au 2 décembre, a pris fin, dimanche soir, par un dîner offert par le Souverain en l’honneur des invités de cette grande manifestation, en présence du gouverneur de cet Etat américain du Pacifique, Neil Abercrombie, ainsi que des membres de la délégation marocaine. Cette Semaine a été marquée par le message adressé par SM le Roi Mohammed VI au gouverneur de l’Etat de Hawaii, son Sénat et ses résidents, dans lequel le Souverain a affirmé qu’«en rendant hommage à Notre Majesté, cette semaine, l’Etat de Hawaï honore, d’abord et avant tout, un peuple et une civilisation dont le modèle de développement a été bâti sur les valeurs de paix, de tolérance et de dialogue, et dont la société s’est construite sur les principes fondateurs de la liberté, la justice, la solidarité, le respect des droits de l’Homme, la préservation de la dignité humaine, et l’ouverture sur les cultures et les crédos des autres civilisations humaines».
Le Souverain a, à cet égard, relevé qu’il s’agit là de valeurs que les peuples américain et marocain partagent et que, de concert avec le Président Obama, Sa Majesté entend défendre à travers le monde, aux côtés des nations et des peuples qui aspirent à un monde où règnent la paix, la fraternité, la tolérance et le règlement pacifique des différends, un monde où prévaut le développement humain durable. SM le Roi a, d’autre part, estimé de «bon augure que cette manifestation coïncide avec la première réunion de la Moroccan-US Business Developement Conference, qui se tiendra à Washington dans le cadre du dialogue maroco-américain engagé au début de l’année», se disant confiant que cette nouvelle orientation imprimée à la coopération bilatérale ouvrira des perspectives prometteuses de partenariat entre les régions, les acteurs économiques et politiques, les organisations de la société civile et les centres de recherche et les universités au Maroc et aux Etats-Unis, et permettra d’optimiser l’Accord de libre-échange signé en 2004 entre les deux parties.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *