Comment le Maroc valorise son Histoire

Comment le Maroc valorise son Histoire

Le Souverain a présidé la cérémonie de présentation des programmes de valorisation des anciennes médinas 

Ces programmes de nouvelle génération ont pour objectifs la valorisation de ces anciennes médinas, l’amélioration des conditions de vie de leurs habitants, la préservation de leur patrimoine architectural, matériel et immatériel, et la promotion de leur richesse culturelle authentique.

Alors que le Maroc est connu pour être l’un des pays dotés d’une histoire aussi riche que varié, il existe aujourd’hui une véritable orientation pour valoriser le patrimoine du Maroc. Ainsi, des programmes de valorisation des anciennes médinas de plusieurs villes impériales ont été mis en place. Dans ce sens, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé en mai dernier la cérémonie de présentation des programmes de valorisation des anciennes médinas de Rabat et de Marrakech et du programme complémentaire pour la valorisation de l’ancienne médina de Fès, ainsi que la signature des conventions y afférentes.

A cette occasion, le Souverain a ordonné l’élaboration de la 3ème phase du programme d’habitat menaçant ruine, faisant partie intégrante du programme de réhabilitation de l’ancienne médina de Casablanca pour une enveloppe globale de 300 millions de dirhams. Élaborés conformément aux Hautes instructions royales, ces programmes de nouvelle génération ont pour objectifs la valorisation de ces anciennes médinas, l’amélioration des conditions de vie de leurs habitants, la préservation de leur patrimoine architectural, matériel et immatériel, et la promotion de leur richesse culturelle authentique. Ainsi, le programme de valorisation de l’ancienne médina de Rabat vient s’ajouter aux multiples actions et projets entrepris dans le cadre des programmes «Rabat ville lumière, capitale marocaine de la Culture» et ayant permis la restauration de remparts, de portes historiques, de mosquées et zaouiyas, la réhabilitation des foundouks traditionnels, la réalisation de terrains de proximité et d’espaces verts, outre le traitement des édifices menaçant ruine.

Pour sa part, la ville ocre a connu, dans le cadre du programme «Marrakech, cité du renouveau permanent» et de celui relatif à la lutte contre l’habitat menaçant ruine, le traitement de plus de 4.000 édifices, la réhabilitation des quartiers El Mellah, Ezrayeb, du cimetière «Achouhada», ainsi que la mise en valeur des circuits touristiques et spirituels de l’ancienne médina de Marrakech. De son côté, la capitale spirituelle du Royaume a connu la réalisation des programmes de restauration des monuments historiques et de traitement des bâtiments menaçant ruine.

Ces programmes de réhabilitation avaient porté sur la restauration de 27 monuments historiques, notamment des médersas, des foundouks, des ponts, des souks, des tanneries, et des bordjs. Plus de 1.600 personnes (artisans, commerçants, et étudiants) ont pu bénéficier de ce programme qui a permis, en outre, le traitement de plus de 2.200 édifices menaçant ruine dans l’ancienne médina de Fès. Sur le plan budgétaire, le nouveau programme de valorisation de l’ancienne médina de Rabat est doté d’une enveloppe de l’ordre de 325 millions de dirhams, avec une contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social de près de 250 millions de dirhams. Le programme de valorisation de l’ancienne médina de Marrakech nécessite, pour sa part, une enveloppe de l’ordre de 484 millions de dirhams. Le Fonds Hassan II pour le développement Economique et Social y contribue à hauteur de 150 millions de dirhams.

Le programme complémentaire pour la valorisation de l’ancienne médina de Fès mobilisera, lui, près de 583 millions de dirhams, dont 100 millions à titre de la contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social.

Enfin, la 3ème phase du programme d’habitats menaçant ruine, faisant partie intégrante du programme de réhabilitation de l’ancienne médina de Casablanca, sera dotée d’une enveloppe globale de 300 millions de dirhams financée par le Fonds Hassan II pour le développement économique et social.

Il faut dire que ces programmes de valorisation visent le renforcement de la dynamique de développement que connaissent ces anciennes médinas, leur attractivité touristique et culturelle, la promotion de leur patrimoine civilisationnel et humain, outre l’amélioration des revenus des artisans et le développement de l’économie sociale. C’est le cas notamment pour la ville de Fès où il est question de la réhabilitation de 39 sites historiques d’activités économiques (foundouks, ateliers, souks) et de 10 mosquées et écoles coraniques, et la valorisation de 11 sites historiques (horloge à eau, musée de la culture juive), la restauration de Dar Al Makina, outre l’aménagement de 8 parkings, la rénovation du système de signalisation et la mise en place d’un système d’information électronique pour le renforcement de l’offre touristique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *