Conseil de la famille et de l’enfance : Le CNDH en appelle aux aînés

Conseil de la famille et de l’enfance : Le CNDH en appelle aux aînés

L’Organisation onusienne pour l’enfance (Unicef) a prêté son concours au Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) qui a organisé à Rabat une conférence internationale sur «Les conseils nationaux de la famille et de l’enfance». Intervenant au lendemain de la tenue d’un atelier sur le suivi des élections, cette manifestation marque la fin de la période d’essaimage du Conseil dans les régions et son retour effectif à sa vocation de défense des droits. Plusieurs experts ainsi que des universitaires du Maroc et de l’étranger ont participé aux travaux de la conférence dont l’un des objectifs a été «d’identifier les bonnes pratiques existantes au niveau international et de mener une réflexion avec les acteurs concernés dans le cadre du contexte national et de ses spécificités». Le CNDH a également placé son initiative dans le cadre de l’approfondissement du processus de démocratisation national au moment où «de nombreux conseils ont été constitutionnalisés». Arguant du contexte de démocratisation soutenue propre au Royaume, le CNDH déclare que l’organisation d’une conférence sur les expériences internationales des conseils de la famille et de l’enfance entre dans le cadre de son mandat. L’article 169 de la Constitution dispose que «le Conseil consultatif de la famille et de l’enfance (CCFE) a pour missions d’assurer le suivi de la situation de la famille et de l’enfance, d’émettre son avis sur les plans nationaux relatifs à ces domaines, d’animer le débat public sur la politique familiale et d’assurer le suivi de la réalisation des programmes nationaux initiés par les différents départements, structures et organismes compétents». En pratique, la conférence à laquelle a invité le CNDH visait à tracer le cadre de la complémentarité du CCFE avec les autres institutions de défense et de promotion des droits de l’Homme et du citoyen afin d’éviter les redondances et les chevauchements de mandats. Elle se proposait également de s’inspirer de la meilleure manière de la composition et du mode de fonctionnement des instances constituées dans les autres pays. C’est ainsi que dix modèles de conseils pour la famille et l’enfance ont été évoqués. Ils ont été décortiqués suivant différents axes de travail: les défis, la place de la famille et de l’enfance, l’analyse comparative des conseils dans le monde, les politiques familiales et l’égalité des genres. Cependant, un autre axe a dominé les commentaires lors de la conférence, c’est le risque de redondances et de chevauchements encouru par le CCFE. On a ainsi pu dire avec une insistance remarquée que la meilleure manière d’éviter ce risque est de confier au CNDH la défense des droits de la famille et de l’enfant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *