Contre la répression et pour la liberté à Cuba

Contre la répression et pour la liberté à Cuba

Animée par l’ancien ministre espagnol de la Culture et écrivain Jorge Semprun, la soirée avait pour cadre le théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées qui avait fait salle comble. Un petit groupe de manifestants pro-castristes, tenu à l’écart par la police, a tenté de faire entendre sa « dissidence » en criant des slogans tels que « Fidel, amigo, el pueblo esta contigo » (Fidel, ami, le peuple est avec toi) et en agitant des drapeaux rouges frappés de la faucille et du marteau, ainsi qu’un drapeau cubain. Un député écologiste, qui se rendait à la soirée, a été traité de « traître » par les manifestants. Catherine Deneuve a lu le premier texte de la soirée, un des tous premiers discours de Castro en 1959 dans lequel celui-ci disait « ne pas être un révolutionnaire professionnel » et affirmait sa conviction qu’il quitterait le pouvoir le plus tôt possible. « L’heure est venue que les fusils s’agenouillent devant le peuple », ajoutait le chef de la révolution. Les participants ont dénoncé les procès expéditifs de mars dernier au cours desquels 75 personnes, qui luttaient pour la liberté d’expression et l’ouverture politique, ont été condamnées à de très lourdes peines (de 14 à 28 ans de prison). La figure du poète et journaliste Raul Rivero, condamné à 20 ans, avait été mis en exergue par les organisateurs avec la citation suivante: « Je ne conspire pas, j’écris ». L’acteur Pierre Arditi a lu l’acte d’accusation de la justice cubaine accusant Raul Rivero d’avoir porté atteinte à la sécurité et à l’intégrité de l’Etat par ses écrits. Les intellectuels Edgar Morin, Benjamin Stora et Edwy Plenel ont tenté d’expliquer la sympathie dont bénéficie encore le régime castriste au sein de la gauche en appelant celle-ci à rompre avec le mythe. Zoé Valdès, née avec la révolution en 1959, a estimé pour sa part que « Castro avait été un gangster dès le départ ». Sur un ton plus humoristique, le réalisateur espagnol Pedro Almodovar a lancé l’appel suivant à Fidel Castro: « Redeviens révolutionnaire pour renverser ta propre dictature! »

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *