Coupe du monde 2026 : 8 à 10 MMDH pour les infrastructures selon Talbi Alami

Coupe du monde 2026 : 8 à 10 MMDH pour les infrastructures selon Talbi Alami

Le dossier de la candidature marocaine présenté avant le 15 mars

Les expériences du Brésil et de l’Afrique du Sud dans l’organisation de la Coupe du monde ont été prises en considération. Dans ce sens, la piste des stades modulables se précise pour les responsables.

Le dossier technique de la candidature marocaine pour l’organisation de la Coupe du monde 2026 entame sa dernière ligne droite. Lors d’une rencontre avec la presse à Rabat, le ministre de la jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami, a dévoilé les derniers préparatifs. Les responsables redoublent d’efforts pour être prêts dans les temps impartis. En effet, le dernier délai fixé par la Fédération internationale de football (Fifa) a été fixé au 15 mars. «La Fifa procédera jusqu’au 15 mars à l’examen des dossiers des pays candidats. Une commission technique internationale devra par la suite se déplacer sur place», affirme le ministre. L’enjeu est de taille pour le Maroc. Pour ce dernier, l’acceptation du dossier technique est une étape cruciale. Et pour cause, les normes techniques de la Fifa ont été durcies.

Selon Talbi Alami, pas moins de 112 normes concernent uniquement les stades. Le ministre a expliqué dans ce sens qu’en plus des nouveaux stades programmés, ceux existants seront mis à niveau car les normes internationales ont changé. «L’enveloppe consacrée aux infrastructures oscillera selon les premières estimations entre 8 et 10 milliards de dirhams. Il s’agit d’un montant tout à fait supportable par le budget général de l’Etat», précise-t-il. Selon la même source, des mesures concrètes ont été prises pour minimiser les coûts des investissements. Les expériences du Brésil et de l’Afrique du Sud dans l’organisation de la Coupe du monde ont été prises en considération. Dans ce sens, la piste des stades modulables se précise pour les responsables.

«Nous allons profiter des derniers progrès techniques et technologiques en la matière», promet Rachid Talbi Alami. Il a également ajouté le dossier a été pensé de tel sorte à  permettre à un maximum de régions d’accueillir des matchs de la Coupe du monde. Le ministre a toutefois confié que la région de Béni Mellal-Khénifra n’a pas atteint pour le moment le niveau des infrastructures requis. «Grâce à nos préparatifs pour l’organisation de la Coupe du monde nous serons en mesure de faire le point sur les capacités réelles en termes d’infrastructures dans nos régions. Ce point me semble d’ailleurs déjà très positif puisque nous saurons par la suite agir selon les besoins sur le terrain et rattraper les retards», tient à préciser le ministre ajoutant que le comité a pu découvrir les potentialités de Ouarzazate, ce qui lui a permis de figurer dans la liste des villes proposées pour accueillir les stades. Les autres villes concernées sont notamment Nador, Tanger, Oujda, Fès, Rabat, Agadir, Marrakech et Casablanca. Les autorités marocaines restent pour le moment concentrées sur le dossier technique car le non-respect des conditions de la Fifa pourrait amoindrir les chances d’un candidat d’atteindre l’étape des votes. Les responsables de la Fifa jugeront la candidature marocaine sur un total de 24  blocs ou aspects qui vont des capacités d’accueil aux infrastructures du pays. «Chaque dossier devra obtenir au minimum une note de 2,5 sur 5 pour passer à l’étape des votes», précise le ministre. Et de conclure: «Nous voulons faire des préparatifs pour la coupe du monde un véritable élément déclencheur pour rebooster l’économie nationale avec quelques années de stagnation». 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *