Cuir : les grandes lignes de l’accord-cadre

Le programme Emergence prend de l’aile. Après le textile, l’artisanat, dont le pilotage a été donné au ministère de tutelle, c’est autour des industries du cuir de se voir consacrer un accord-cadre dont la signature est prévue avant la fin du mois de décembre 2005. Dans ce sens, les réunions entre les professionnels, représentés par la Fédération des industries du cuir (FEDIC) et le ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’Economie se succèdent avec, pour objectif, la définition des différentes dispositions de l’accord. D’autres départements ministériels sont également impliqués dans la préparation de ce document qui vise un bon accompagnement des entreprises du secteur dans leur processus de repositionnement. Objectif : réorienter le secteur cuir-chaussures vers des segments de produits à forte valeur ajoutée à travers l’amélioration du processus industriel et la compréhension des marchés. Mesures fiscales et douanières, incitations à l’investissement et encouragements sont au rendez-vous. Ainsi, l’Administration des Douanes et Impôts indirects mettra en place les mécanismes et dispositions nécessaires au développement d’un environnement douanier propice à la réactivité, à la créativité et à la compétitivité. Suivra une réforme tarifaire qui visera la mise en place de politique d’approvisionnement compétitif en matières premières et en intrants. Les opérateurs auront en effet la possibilité de diversification de leurs sources d’importations autres que les partenaires ayant des préférences tarifaires avec le Maroc.
Le plan Emergence-cuir comportera aussi tout un programme d’assistance technique, dans le cadre duquel le ministère de Salaheddine Mezouar et l’ANPME ont élaboré en partenariat avec la FEDIC, un programme d’accompagnement et d’assistance technique visant l’amélioration de la compétitivité du secteur dans la globalité de sa chaîne de valeurs. Un volet “promotion” est également prévu dans la perspective d’une aide étatique au secteur cuir-chaussures. La stratégie adoptée dans ce sens permettra aux pouvoirs publics de mettre à la disposition de la FEDIC un budget annuel. Trois grands axes ont été définis, à savoir la prospection de nouveaux marchés, l’organisation de manifestations professionnelles et la création de partenariats avec les sociétés européennes dont notamment celles espagnoles, portugaises et italiennes afin de profiter des avantages de l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *