Daniel Galvan derrière les barreaux

Daniel Galvan derrière les barreaux

Le juge a invoqué « un risque de fuite » de la part de Daniel Galvan, arrêté lundi dans un hôtel de Murcie, dans le sud-est du pays, en vertu d’un mandat d’arrêt international lancé par le Maroc.



Selon l’arrêt rendu mardi par le juge Fernando Andreu, du tribunal de l’Audience nationale à Madrid, Daniel Galvan est originaire d’Irak, pays où il est né, puis « a acquis la nationalité espagnole par son mariage avec une femme espagnole, dont il est aujourd’hui divorcé ».



« Selon ses déclarations, sa vie s’est déroulée surtout en Irak et en Espagne, mais il a résidé dans différents pays dont l’Egypte, la Syrie, la Jordanie, le Royaume-Uni et le Maroc », a ajouté le magistrat.

C’est dans ce pays que Daniel Galvan avait été condamné en 2011 par le tribunal de Kenitra, la ville où il résidait alors.



« Une fois grâcié, il est parti pour Murcie où il résidait dans un hôtel », ajoute le juge, estimant que l’homme risquait de prendre la fuite car il ne « dispose pas en Espagne d’un minimum d’enracinement familial, social, économique ou professionnel ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *