De l’eau pour une belle région

De l’eau pour une belle région

Il suffit d’un barrage pour changer la vie. L’inauguration jeudi par SM le Roi Mohammed VI du barrage Aït M’zal augure d’une transformation dans l’exploitation des ressources hydrauliques dans la province de Chtouka Aït Baha. Certains s’extasient déjà sur le «tapis vert» qui couvre de nouveau la plaine de Chtouka. Le barrage aura des répercussions aussi bien économiques que sociales sur la province. «L’essor de cette région est tributaire de l’eau potable», explique Brahim Zerkdi, député de la ville d’Agadir. L’eau est effectivement devenue une denrée rare dans cette région où règne une aridité sévère caractérisée par la rareté et parfois l’absence totale d’eau courante.
Naguère, la désertification commençait à se faire sentir avec une acuité inquiétante dans Chtouka. Ce qui a poussé de nombreux ménages à l’exode et tempéré l’enthousiasme de nombreux résidants à l’étranger, originaires de cette région. «Ils ont du mal à investir dans une région quasi désertique», explique le député d’Agadir. Cette donne va changer avec l’inauguration du barrage Aït M’zal. Il permettra de créer une retenue d’une capacité de 5 millions de m3 qui assurera l’alimentation en eau potable de 35.000 habitants, établis dans le centre d’Aït Baha et les douars avoisinants. Le barrage permettra également de renforcer l’irrigation d’un périmètre agricole d’environ 280 hectares.
Les travaux de construction du barrage ont été lancés par SM le Roi Mohammed VI le 12 juin 2000. Il a donc fallu quatre ans pour sa mise en eau et un coût global qui s’élève à 190 millions de DH. Du point de vue technique, la construction de l’ouvrage n’envie rien aux autres barrages qui font la fierté du Royaume. Aït M’zal est un ouvrage du type béton compacté au rouleau. Ses 49 m de hauteur et 216 m de longueur ont nécessité un volume total de 96 000 m3 de béton.
Cette masse impressionnante est armée d’un évacuateur de crues central, dont le débit est de 715 m3/s. Le barrage a été réalisé sur oued Izig. Il se situe à 65 km du sud-est de la ville d’Agadir. Il a été mis en eau en janvier 2004. Le volume stocké actuellement est évalué à 3,7 millions m3, soit près de 73% de la capacité du barrage. Cet ouvrage est de nature à endiguer la menace de désertification de la région. Il réconcilie également de nombreux Marocains avec la fête des barrages. Fête d’autant emblématique qu’elle a été initiée par S.M le Roi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *