De quoi est mort Yasser Arafat ?

L’ancien dirigeant palestinien, Yasser Arafat, est décédé d’un empoisonnement, du sida ou d’une infection, a affirmé jeudi l’un des auteurs d’un livre se fondant sur un rapport médical français, mais dont les conclusions sont contredites par des experts cités par le New York Times. Avi Isacharov, auteur avec Amos Harel d’une nouvelle édition du livre "La septième guerre", déjà paru en hébreu et qui va sortir sous peu en France, affirme se fonder sur le rapport secret établi par l’hôpital français où Arafat a été emporté le 11 novembre à la suite d’une hémorragie cérébrale, et sur l’avis de médecins et de spécialistes du sida. L’auteur israélien reconnaît que le sida n’est pas mentionné expressément dans le rapport comme cause de la mort de Arafat, mais qualifie cette "omission" d’absurde. Il relève trois causes possibles du décès de Arafat: "une infection due à un microbe qui a déclenché un empoisonnement sanguin, le sida ou un empoisonnement par voie orale lors d’un dîner à son quartier général le 12 octobre 2004 à Ramallah". "Des médecins et des experts avec lesquels je me suis entretenu, dont le professeur Johnny Gershoni, spécialiste du sida à l’université de Tel Aviv et le professeur Gil Lugassi sont formels: les symptômes décrits dans le rapport sont ceux du sida", ajoute Avi Isacharov.  "Un autre expert du sida à Jérusalem, qui refuse d’être cité, dit le contraire", admet toutefois l’auteur, journaliste spécialiste des affaires palestiniennes à la radio publique israélienne. "Aucune discussion sur la possibilité que Yasser Arafat ait été atteint du sida n’est mentionnée dans le rapport. Cette omission constitue une totale absurdité tout en étant profondément suspecte", insiste l’auteur. "Avec les symptômes mentionnés, il est évident que le terme sida aurait dû être évoqué au moins une fois", ajoute-t-il.
Le rapport français indique que "les biopsies réalisées ne sont pas parvenues au laboratoire d’anatomie pathologique de Tunis" qui les avait demandées. "Cette disparition est très étrange car elle aurait pu permettre de déterminer clairement de quoi souffrait Yasser Arafat", estime Avi Isacharov. En outre, le 7 novembre, les médecins français ont demandé à la famille l’autorisation de procéder à une biopsie du foie. "Cette biopsie hépathique a été proposée le 07/11/04 à la famille qui l’a refusée", est-il écrit dans le rapport officiel français. Pour Avi Isacharof, "ce refus de la famille est révélateur d’une volonté de ne pas parvenir à une conclusion claire sur les causes du décès". Autre fait étrange: le rapport toxicologique français établi par les médecins porte le nom inconnu de Etienne Louvet, alors qu’il s’agit de Yasser Arafat.
"Le rapport médical français a été manipulé. Des examens ont disparu, les conclusions sont floues, les symptômes sont ceux du sida, mais le mot n’apparaît pas, et le rapport toxicologique porte un faux nom", argumente Avi Isacharov.  Cité par le quotidien Haaretz, le docteur Ashraf al-Kurdi, le médecin personnel de Yasser Arafat qui n’a pas participé au traitement médical administré à son patient durant les dernières semaines de sa vie, a affirmé que des médecins français lui avaient révélé que le virus du sida avait été trouvé dans le sang de Yasser Arafat.

Patrick Anidjar (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *