Décès de Mohamed El Gourch: Le doyen des cyclistes marocains n’est plus

Décès de Mohamed El Gourch: Le doyen des cyclistes marocains n’est plus

Le cyclisme marocain est en deuil. La disparition de celui qui, par son humilité, sa ténacité et son humanité, avait épaté les Marocains ne laisse personne indifférent. Mohamed El Gourch nous a quitté samedi matin. Sa disparition met un coup à tout le sport marocain en général et au cyclisme en particulier.

Né le 11 janvier 1936 à Casablanca, et mort dans cette même ville 79 ans plus tard, El Gourch est un coureur cycliste marocain.

La légende du cyclisme marocain demeure le coureur le plus populaire et le plus titré. Son terrain d'action de prédilection a été le Tour du Maroc qu'il remporte en 1960, 1964 et 1965. Il y a été classé de nombreuses fois aux "places d'honneur". Il a été aussi champion du Maroc et a participé au Tour de l'Avenir de 1961 à 1964. Il en a terminé 2. Il a participé aussi à la Course de la Paix également en 4 occasions, entre 1962 et 19675.

Feu El Gourch était également arrivé deuxième lors du Tour du Maroc 1967, qui avait été remporté par le champion du monde et médaillé Olympique, le Suédois Gosta Pettersson, avant d’occuper la troisième place lors des éditions de 1968 et 1969.

Ce n’est qu’en 2011, que le cycliste marocain Mohssine Lahssaini remportera le Tour du Maroc, mais le record de Mohamed El Gourch n’a jamais encore été battu. Le mythique Tour du Maroc a perdu depuis de son prestige.

Parmi les derniers grands cyclistes nationaux, on cite Mustapha Nejjari, arrivé troisième lors de l’édition 1976 du Tour du Maroc, Brahim Ben Bouila, Adlaoui et Belcadi, ainsi que d’autres champions, dont les noms sont associés à l’épopée glorieuse du cyclisme marocain.
Pour la petite histoire, c’est le maréchal Lyautey qui a initié en 1921 le Tour du Maroc de cyclisme, disputé par des militaires, et dont la première édition avait été remportée par le coureur marocain Bouazza Ben Fatmi.

Le défunt était à la base mécanicien de cycles et sa carrière cycliste peut être considérée comme l'accomplissement total de sa vocation cycliste. Il a été le porte drapeau du cyclisme marocain dans les temps immédiats de l'accession du Maroc à l'indépendance et son renom dépassait l'actualité sportive. Il accomplit toute sa carrière dans les rangs du cyclisme "amateur", ce qui est loin de dévaluer ses performances, tant ce cyclisme était organisé et reconnu au sein de l'Union Cycliste Internationale (UCI).

La disparition de Mohamed El Gourch qui a mis un coup à tout le sport national laisse un grand vide certes mais aussi un tas de bons souvenirs. Paix à son âme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *