Démolition des baraques du Douar Skouila

Démolition des baraques du Douar Skouila

Douar Skouila, l’un des plus grands et anciens bidonvilles de la capitale économique d’où est issu Abdelfettah Raydi, le jeune terroriste qui s’est fait exploser dimanche 11 mars au cybercafé sis au boulevard Al Adarissa à Sidi Moumen, fait l’objet d’une opération de restructuration et de recasement de ses habitants.
En effet, l’opération a été amorcée lundi 19 mars. Près d’une quarantaine de baraques ont été démolies jusqu’à mercredi 21 mars. «Les premiers bénéficiaires ont déjà reçu les lots de terrain et certains foyers ont même commencé les travaux de construction. Par solidarité, chaque famille a reçu une enveloppe de 3000 DH. En outre, les bénéficiaires ont été exonérés des taxes relatives à voirie et au plan de construction car il s’agit d’un projet à but social», indique Ahmed Brija, président de l’arrondissement Sidi Moumen. S’inscrivant dans le cadre de l’éradication de l’habitat insalubre, cette opération de recasement propose des lots de terrain de 84 m2 de type R+3 à partager entre les ménages occupant deux baraques en contrepartie de 35.000 DH chacun. (Une baraque pouvant accueillir une, deux familles ou plus). «Au total, 1840 baraques devront être détruites dans le cadre de ce projet», indique Abdellatif Boukini, représentant de l’arrondissement Sidi Moumen au sein de la commission d’accompagnement sociale. D’un coût global de 335 millions DH, ventilé entre le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, la contribution des bénéficiaires ainsi que les recettes générées par les conventions conclues avec le secteur privé, ce projet sera réalisé en quatre tranches qui profiteront à 6373 familles. «4533 familles sont concernées par l’opération de restructuration alors 1840 familles par l’opération de recasement. La première tranche de ce projet baptisé “Salam 1 Ahl Loghlam douar Skouila“ comprend 201 lots, la seconde concerne 195 lots alors que les 3ème et 4ème tranches comprennent respectivement 459 et 65 lots», précise M. Boukini. Le projet s’étend sur une superficie de 60 ha, dont 40 ha seront consacrés au recasement des ménages de ce bidonville, implanté à Casablanca depuis 1930, et le reste aux travaux de restructuration. L’opération de restructuration, à titre d’information, consiste à maintenir les populations sur le même douar en les dotant du réseau d’électricité, de l’eau potable et d’assainissement avec le revêtement des rues principales. Le projet prévoit également la mise en place des services sociaux. «Au total, 18 lots sont destinés à l’équipement socio-économique comme des écoles et des dispensaires», ajoute M. Boukini de la commission d’accompagnement sociale.
Rappelons que ce projet de recasement et de restructuration du bidonville Skouila a été lancé en 2005 par SM le Roi Mohammed VI.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *