Des «Précisions courtoises» qui nous viennent d’Algérie

Bonjour M. Dahbi. Je suis un journaliste algérien travaillant dans la rubrique internationale du quotidien "La Tribune". Je voudrais réagir au dernier article que vous avez signé sur l’entretien qu’a accordé notre ministre des Affaires étrangères au journal Liberté. Loin d’être un anti-marocain comme votre journal est anti-algérien, j’aimerais seulement apporter quelques précisions sur un passage de votre papier, sans doute la phrase la plus absurde de votre article (En attendant, le Maroc avance, se développe, se modernise, alors qu’à Alger, l’Etat se décompose, le malaise social s’aggrave et l’économie n’arrive pas à décoller).
Voulant certainement flatter l’ego de vos compatriotes, vous savez mieux que moi Monsieur Omar Dahbi que cette information est fausse, et que sur le plan des avancées économiques, mon pays a fait depuis 5 ans des avancées titanesques. Confirmant sa position de deuxième puissance économique d’Afrique juste derrière l’Afrique du Sud, l’Algérie a vu son PIB dépasser cette année la barre fatidique des 100 milliards de dollars atteignant 102 milliards de dollars plus exactement.
À la fin de l’année 2006, le citoyen algérien deviendra le citoyen le moins endetté du continent, avec une dette extérieure inférieure à 5 milliards de dollars. Quant au progrès social monsieur, il ne peut venir du jour au lendemain. Le programme de relance économique à lui seul est impressionnant : 70 milliards de dollars injectés directement dans l’économie pour financer des milliers de projets d’hydraulique, de culture des terres, de constructions d’universités et d’écoles, le tout en financements exclusivement publics. Si vous le souhaitez, je porte également à votre connaissance le projet africain du siècle, il s’agit de la construction de l’autoroute Est-Ouest, longue de 1200 km, elle reliera la frontière marocaine à la frontière tunisienne en moins de 10 heures.
Et j’en passe Monsieur Dahbi, l’économie de mon pays a décollé depuis longtemps, preuve en est, l’Algérie a été le pays arabe et africain qui a accueilli le plus grand nombre de chefs d’Etat étrangers cette année. Rien qu’au premier semestre 2006, 7 chefs d’Etat (le Russe Poutine, le Sud-coréen Roh Moo Hyoun, le Brésilien Lula, le Portugais Sampaio, le Vénézuelien Chavez, le Mauritanien Vall et le Premier ministre turc Erdogan) ont foulé le sol algérien lors de visites officielles ou de visites d’Etat, avec comme but décrocher des marchés dans l’une des économies les plus émergentes de la région.Mon pays avance Monsieur Dahbi, la question qui se pose est si votre pays est capable de le suivre, ce sont là les paroles d’un homme qui aime le Maroc autant qu’il aime l’Algérie.
Cordialement.

• Mohamed Khaled Drareni
La Tribune (Algérie)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *