Des renforts pour l’Irak

Le dernier signe de la vague de violence visant les Américains en Irak a été le tir samedi soir de deux missiles sol-air SAM contre un avion de transport de troupes C-141 lors de son décollage de l’aéroport de Bagdad, quelques heures avant la fin d’une visite de trois jours du secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld. Un porte-parole de la coalition, cité par l’AFP, a reconnu que les communications, les barrières de langue et les sensibilités politiques entre les nations et les cultures constituaient autant de problèmes auxquels allait être confronté le commandement américain. « Les communications posent toujours problème, car chaque pays a un type différent de réseau. Certains sont anciens, et aucun n’est compatible avec l’autre, ce qui rend très difficile de transmettre des messages sécurisés », a-t-il dit. En plus des difficultés logistiques, des problèmes politiques ont surgi. Ainsi, le Conseil de coopération du Golfe (CCG, regroupant les monarchies arabes) a exclu l’envoi de troupes en Irak, souhaité par Washington. « Nous n’avons aucunement l’intention de le faire », a déclaré son secrétaire général Abderrahmane al-Attiya. Le nouveau ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari, a averti que tout déploiement en Irak de forces turques ou en provenance d’un autre pays voisin déstabiliserait encore plus le pays. « Nous ne voulons aucune implication d’aucun des voisins de l’Irak dans les opérations de maintien de la paix car chacun y a ses propres objectifs politiques », a déclaré le ministre. Washington cherche à élargir le mandat de l’Onu en Irak mais refuse de céder le commandement des troupes. Le département d’Etat américain présente la mission de maintien de la paix internationale au Timor oriental, dirigée par l’Australie, comme un modèle pour l’Irak . Cependant, la mission du Timor ne comprenait que 8.000 soldats déployés pour assurer la sécurité d’une population de moins d’un million d’habitants, alors qu’en Irak, la population est estimée à quelque 26 millions de personnes. « Il ne fait pas de doute que le Timor oriental a été un grand succès mais il y a toujours des problèmes de communication », selon le porte-parole américain. En théorie, a-t-il dit, le pays qui assure le commandement devrait fournir les (moyens de) communication pour tous les autres membres de la coalition, mais cela a été à peine réalisé lors de l’opération du Timor oriental en 1999. Vu l’étendue des opérations prévues en Irak, les Etats-Unis ne seront en aucun cas capables de construire un réseau de communications unique et sécurisé pour tout le pays, a-t-il estimé. « Il y a en outre les barrières de langue mais cela dépend des effectifs des troupes et de leur pays d’origine », a-t-il indiqué. Quelque 120 soldats supplémentaires que Londres a décidé de déployer en Irak sont arrivés à Bassorah (sud de l’Irak) en provenance de Chypre, a annoncé un porte-parole militaire britannique. Le commandant Charlie Mayo a précisé que ces soldats, qui portent les effectifs britanniques à 10.620 hommes, étaient arrivés en deux groupes. « Ils sont arrivés tard samedi et ont quitté l’aéroport pour leurs bases », a-t-il dit. Le ministre britannique de la Défense Geoff Hoon a demandé aux responsables militaires sur le terrain de l’informer de leurs besoins alors que les Etats-Unis cherchent à impliquer davantage d’autres pays en Irak. M. Bush s’est résolu à demander une plus grande assistance des Nations unies en Irak, espérant que cela pourra soulager les 130.000 soldats américains déployés dans le pays, et qui sont la cible d’attaques armées quotidiennes. Les commandants militaires américains en Irak continuent pour leur part à nier la nécessité de troupes supplémentaires, indiquant que les 156.576 militaires de 34 pays, stationnés en Irak, dans le cadre d’une coalition placée sous le commandement des Etats-Unis, sont suffisants pour la mission qui leur est incombée.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *