Droits de l’Homme et démocratie : Le PANDDH présenté aux militants des provinces du Sud

Droits de l’Homme et démocratie : Le PANDDH présenté aux militants des provinces du Sud

Le Centre de réflexion stratégique de défense de la démocratie en collaboration avec la Délégation interministérielle aux droits de l’Homme (DIDH) a lancé récemment à Boujdour  et Laâyoune une série de rencontres sur le Plan d’action national en matière de démocratie et des droits de l’Homme (PANDDH).

Ce plan présenté aux militants des droits de l’Homme et militants associatifs basés dans les provinces du Sud vise à consolider le processus des réformes politiques, à institutionnaliser la protection et la promotion des droits de l’Homme et à encourager les initiatives contribuant à l’émergence d’une démocratie participative.

Selon les participants à ces rencontres, le PANDDH a été élaboré dans le cadre des réformes politiques et de l’ouverture volontaire qu’a connues le Maroc depuis les années 90. Ainsi après la création de l’Instance équité et réconciliation (IER) qui a permis de lire le passé et d’en extraire les leçons pour garantir la non répétition des violations, le gouvernement marocain a lancé le chantier de mise en place d’un cadre  stratégique permettant l’intégration des droits de l’Homme et l’approche genre dans les politiques publiques  et dans les différents plans sectoriels et programmes de développement économiques, sociaux et culturels.

Selon eux, il s’agit d’un cadre de coordination et d’harmonisation des politiques pouvant contribuer à l’amélioration de la vie des individus et des groupes, assurer un développement humain durable, les conditions humaines, matérielles et les garanties constitutionnelles à même de garantir le respect des  droits de l’Homme.

Ces rencontres constituent une occasion pour s’arrêter sur la mise à jour du PANDDH en juin 2017, et qui a été faite sur la base des évolutions et de la dynamique que le Maroc a connue depuis l’adoption de la nouvelle Constitution en 2011. Elle s’est basée sur les principes et garanties constitutionnelles, les évolutions réalisées aux niveaux de la pratique conventionnelle, des mémorandums, rapports, recommandations, du savoir pratique et théorique des institutions nationales et sur les conclusions du débat national sur la réforme de la justice ainsi que sur les recommandations de la société civile.

Ce processus de mise à jour a permis de renforcer davantage les mesures qui ont atteint le nombre de 430 au lieu de 215. Ainsi le PANDDH est composé de 4 axes principaux : démocratie et gouvernance, droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux, promotion et protection des droits catégoriels, et cadre institutionnel et juridique.

Chaque axe est constitué de plusieurs sous-axes permettant de définir les objectifs à atteindre dans le temps (2018-2021) et les acteurs concernés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *