Dubai à l’heure du cinéma international

L’édition 2005 du Festival cinématographique international de Dubaï qui aura lieu du 11 au 17 décembre a pour ambition de jeter des ponts entre l’Orient et l’Occident. Ceci à travers les films prévus au programme et la présence d’une pléiade de vedettes dont Morgan Freeman et Costa Gavras.
Au total, 98 films provenant de 46 pays sont programmés au festival qui offre une vitrine pour le cinéma arabe contemporain, a indiqué le directeur de la manifestation, Neil Stephenson.
Le festival devra honorer Freeman et le producteur légendaire indien Yash Chopra mais aussi la vedette du cinéma égyptien Adel Imam dont deux films, y compris "L’ambassade est dans l’immeuble" qui traite de la question sensible des relations égypto-israéliennes. Outre le Franco-grec Costa Gavras, qui doit assister à la première sortie au Moyen-Orient de son film comique "Le Couperet", d’autres célébrités, dont les acteurs américains Albert Brooks et Dylon McDermott, sont attendues à Dubaï.
Y seront également présents des vedettes arabes dont les Egyptiens Nour Chérif, Yousra, Hanan Turk et Mona Zaki, la Tunisienne Hind Sabri et le chanteur du Raï, le Franco-algérien Faudel.
L’activiste et musicien britannique Bob Geldof fera aussi le déplacement pour un dîner de gala en faveur du Fonds Nelson Mandela pour l’aide à l’Afrique, a indiqué M. Stephenson lors d’une conférence de presse. Le programme du festival prévoit 13 thèmes, dont "Nuits arabes", "Courts métrages arabes", "Cinéma du sous-continent indien", "Honneur à l’Afrique" ou encore "Café d’Europe". La directrice de la zone franche de Dubaï pour la technologie et les médias, Amina al-Rustamani, a déclaré à l’AFP que "le festival entend relancer et encourager les cinéastes arabes, notamment aux Emirats Arabes Unis". Le festival ambitionne aussi de jeter "des ponts culturels" entre l’Orient et l’Occident car "l’accentuation (…) de la méfiance entre le monde islamique et le monde occidental (…) a généré un besoin crucial pour le dialogue", lit-on dans le guide du festival. Le dernier film d’Albert Brooks "Looking for comedy in the muslim world" (Chercher la comédie dans le monde musulman) sera présenté en première au festival de Dubaï.
La soirée d’ouverture sera marquée par la projection du film controversé du Palestinien Hany Abu-Assad "Paradise Now" (Le Paradis maintenant), traitant des attentats suicide et primé au Festival international cinématographique de Berlin en 2005.
Le festival, qui se veut un point de rencontre entre l’industrie du cinéma américaine Hollywood et asiatique Bollywood, a programmé la projection de films du sous-continent indien, notamment d’Inde qui produit 900 films chaque année.
Au programme figure la projection, en première mondiale, du documentaire "From Dusk" (Du crépuscule), de Dhruv Dhawan, sur les survivants au Sri Lanka du tsunami dévastateur de 2004, ainsi que du film de Chopra "Veer Zaara" sur une histoire d’amour à travers la frontière entre l’Inde et le Pakistan, deux pays en conflit, et du film "Howl’s moving castle" du Japonais Hayao Miyazaki. L’émirat de Dubaï ambitionne de s’imposer comme une destination touristique avec 10 millions de visiteurs en 2010 et 40 millions en 2015 contre quelque 6 millions actuellement. Il construit "une cité de studios" pour la production cinématographique et télévisée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *