Edgar Morin refuse d être instrumentalisé dans l affaire Ali Anouzla

Edgar Morin refuse d être instrumentalisé dans l affaire Ali Anouzla

L’intellectuel français Edgar Morin a démenti les propos qui lui ont été attribués par une partie de la presse marocaine suite à son intervention, dimanche dernier, lors d’un débat public à Paris sur la liberté de l’information et selon lesquels il aurait affiché son soutien à un journaliste marocain récemment arrêté.

Dans une mise au point parvenue mercredi soir à la MAP, le sociologue français souligne avoir été surpris par les propos qui lui ont été attribués par une partie de la presse marocaine, relevant qu’il refuse que sa personne soit instrumentalisée de façon abusive et erronée .

Après avoir rappelé qu’il est opposé de manière générale et par principe, à toute tentative de restriction de la liberté de parole ou d’entrave à l’action des médias, partout dans le monde, Edgar Morin a fait savoir qu’il est aisé de trouver ses propos véritables sur Internet, étant donné que ledit débat a été filmé .

Selon lui, le malentendu est né du fait que dans l’euphorie de la fin d’une assemblée, un intervenant lui a fait tenir sur sa poitrine une pancarte demandant la libération d’un journaliste marocain récemment arrêté, ajoutant qu’ il ne prend position qu’après s’être suffisamment informé, ce qui n’est pas encore le cas, et de façon argumentée, jamais par une formule lapidaire .

Dans le cas du Maroc, je ne saurais mettre en cause l’instance judiciaire alors que celle-ci n’a pas encore examiné l’accusation, a ajouté l’intellectuel français, relevant que le chemin démocratique poursuivi pousse à espérer que la justice du Royaume pourra accomplir son travail dans la sérénité requise pour statuer sur le cas d’un représentant des médias mis en cause .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *