Education nationale: 12 académies régionales au lieu de 16 !

Education nationale: 12 académies régionales au lieu de 16 !

Le secteur de l’enseignement entend «reposer sur des établissements publics avec des compétences territoriales équivalentes à celles des régions et qui s’accommodent au nouveau découpage territorial».

Le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle serait-il en train de revoir en profondeur tout son système désuet ? En tout cas il semblerait qu’il ait la volonté de s’ancrer dans la régionalisation avancée lancée dans le Royaume depuis août dernier, histoire de «gommer» les nombreuses imperfections qui avaient jalonné jusqu’à présent le système éducatif national. Aujourd’hui Le Maroc a mis la main sur la présentation Power Point effectuée lundi à Rabat, par Rachid Belmokhtar en personne, ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, et qui donne le détail du bilan et les perspectives d’un secteur en pleine agonie désireux de s’adapter au nouveau découpage régional. En voici une synthèse :

La circulaire approuvée le 11 février dernier
Le document ne manque pas de revenir sur les principes constitutionnels régissant l’organisation territoriale, la déconcentration, la décentralisation, mais également les collectivités territoriales et la bonne gouvernance. Enfin il présente le cadre juridique (lois organisationnelles, décrets, arrêtés…) dans lequel la régionalisation avancée de l’éducation nationale sera déployée. Pour rappel, le gouvernement vient à peine d’approuver, le 11 février dernier, la circulaire concernant le nouveau découpage des académies régionales de l’éducation et de la formation.

Un véritable relifting des académies régionales
Le ministère ne veut pas rester en retrait par rapport à la régionalisation avancée. Il cite les principaux objectifs qu’il compte atteindre à travers le nouveau redéploiement de ses académies régionales et parmi lesquels un développement équilibré et complémentaire entre les régions en matière d’enseignement. Dans le détail, le nombre de ces académies sera réduit de 16 à 12. Celles-ci sont déjà fonctionnelles depuis le 8 février dernier. Le secteur de l’enseignement entend ainsi «reposer sur des établissements publics avec des compétences territoriales équivalentes à celles des régions et qui s’accommodent au nouveau découpage territorial», indique le document. Une phase de transition a été amorcée, en avril dernier, avec la révision des différents textes législatifs et réglementaires, en parallèle avec d’autres mesures destinées à étoffer l’effectif des administrations régionales et des directions provinciales et préfectorales.

Des administrateurs centraux pour assurer la transition
Sur le plan organisationnel, des administrateurs centraux ont servi, entre mai et avril derniers, de lien entre les différentes académies régionales, dans le but d’harmoniser leur action et leur organisation. Ces administrateurs ont animé plusieurs rencontres consultatives dédiées à cette fin. Dans ce sillage, une commission centrale a vu le jour et se charge du suivi de la mise en place des nouvelles académies régionales. Une commission technique a également été mise en place et se charge de l’accompagnement opérationnel de ces académies. Une série de rencontres de sensibilisation et de journées d’études a été organisée dans le but de mieux faire comprendre tous les enjeux de ce nouveau déploiement.

Autonomie financière pour les nouvelles académies
Les académies régionales éducation et de la formation (AREF) seront bientôt dotées de ressources budgétaires propres leur permettant d’honorer leurs engagements de dépenses, de mettre en œuvre leurs plans d’action pour l’année 2016, et d’opérer un redéploiement aux niveaux régional et provincial des chefs de division et chefs de service. La nouvelle recomposition comporte en plus du passage des académies de 16 à 12, la création de 82 directions provinciales qui comptent 57 divisions et 198 services pour les académies, et quelque 606 services pour les directions provinciales (anciennement délégations), avec des hausses respectives de 73 et 66%.

Améliorer le management…
De façon proactive, le budget des AREF au titre de l’exercice 2016 a déjà été fixé. En revanche, le document ne donne pas de précision à ce sujet. Le document indique que le ministère se penche sur d’autres mesures devant permettre aux AREF de s’acquitter de leurs dettes (entrepreneurs, prestataires de services). Parmi les enjeux qu’il se fixe à court et moyen termes, l’achèvement de la composition des conseils d’administration des académies, avec la nomination de nouveaux membres élus, mais aussi la mise en place d’un programme de formation dédié à améliorer les compétences managériales des responsables régionaux et provinciaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *