Education nationale et formation professionnelle : les nouvelles attributions de Belmokhtar

Education nationale et formation professionnelle : les nouvelles attributions de Belmokhtar

Rachid Belmokhtar fixé sur son sort. En effet, le décret d’attributions du ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle a été rendu public par le Secrétariat général du gouvernement. Belmokhtar combinera, probablement pour la première fois dans l’histoire du pays, l’éducation nationale et la formation professionnelle, un secteur qui était jusqu’ici du ressort du ministère de l’emploi.

Dans le détail, le responsable pilotera les domaines de l’éducation nationale, la lutte contre l’analphabétisme et l’éducation non formelle en plus de la formation professionnelle. Rachid Belmokhtar qui fut ministre de l’éducation nationale dans les années 90, supervisera tous les établissements publics du secteur. Bien évidemment, le ministre sera épaulé dans ces missions par un ministre délégué en la personne de Abdelâdim El Guerrouj. Ce dernier a hérité dans le cabinet Benkirane II du portefeuille de la formation professionnelle.

Selon le décret d’attributions du ministre de l’éducation nationale, son ministre délégué est habilité à superviser des services ou des dossiers qui lui seront désignés éventuellement. El Guerrouj pourra en outre contresigner des arrêtés ou des décrets règlementaires. Il est également habilité à représenter Belmokhtar en cas d’absence de ce dernier.

Plus concrètement, Abdelâdim El Guerrouj gèrera tous les dossiers en rapport avec le secteur de la formation professionnelle. Selon un arrêté du ministre de l’éducation nationale délégant une partie de ses compétences, le ministre délégué exercera par ailleurs la tutelle de l’Etat sur tous les établissements publics opérant dans le secteur de la formation professionnelle.

A noter que Abdelâdim El Guerrouj occupait dans le gouvernement Benkirane I le poste de ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé du secteur public et de la modernisation de l’administration. Quant à Rachid Belmokhtar, il avait occupé le poste de ministre de l’éducation nationale dans les gouvernements présidés par Abdellatif Filali, le 27 février 1995 et le 13 août 1997. 

Le 25 juin 1998, il est nommé par Feu SM Hassan II président de l’Université Al Akhawayne.  En 2006, Belmokhtar a été nommé par SM le Roi Mohammed VI président de l’Observatoire de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Reste maintenant à connaître les résultats  qui vont découler du mariage entre l’éducation nationale et la formation professionnelle. Les deux secteurs avaient jusqu’ici fonctionné indépendamment l’un de l’autre. La première mission des nouveaux responsables serait d’assurer une meilleure harmonisation entre les deux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *