Égypte : Le pouvoir tente de reprendre le contrôle

Égypte : Le pouvoir tente de reprendre le contrôle

Les manifestants qui réclament depuis près de deux semaines la démission immédiate du président Hosni Moubarak sont encore loin de leur objectif. Le pouvoir égyptien semble au contraire avoir repris la main dans la conduite du changement, du moins pour le moment. Les protestataires ont néanmoins obtenu que Moubarak s’engage à ne pas briguer de nouveau mandat et que son fils Gamal ne tente pas de lui succéder. Un vice-président a été nommé pour la première fois depuis l’arrivée de Moubarak au pouvoir, il y a près de trente ans, le gouvernement a été remanié et le bureau exécutif du Parti national démocrate (PND) a démissionné.  En outre, les manifestants protestent maintenant par centaines de milliers dans les rues, presque sans impunité, alors qu’auparavant, le moindre rassemblement était sévèrement réprimé par la police. Mais il s’agit d’acquis fragiles arrachés à un pouvoir qui a pratiquement muselé toute opposition et le gouvernement n’a toujours pas cédé sur la principale revendication des manifestants: le départ immédiat du président. La Une de l’édition de lundi du journal gouvernemental al Gomhuria résume parfaitement la situation: sous le titre «Nouvelle ère», figure une photo du vice-président Omar Souleimane rencontrant des représentants de l’opposition avec, derrière lui, un portrait géant de Moubarak.  Bien que le noyau dur de l’opposition se refuse à toute concession sur le départ immédiat du raïs, certains opposants, plus pragmatiques, ont envisagé que le président délègue au moins ses pouvoirs au vice-président Souleimane. Mais une telle solution a elle aussi été rejetée par le gouvernement qui a au contraire fait adopter par les représentants de l’opposition participant à la réunion de dimanche une déclaration gouvernementale plaçant le pouvoir actuel en position de fixer l’échéancier. La déclaration précise en effet que le président terminera son mandat actuel en septembre, lors de la prochaine élection présidentielle. Les manifestants ont par ailleurs réclamé la levée de la loi d’urgence, en vigueur depuis des décennies, mais la déclaration se contente de dire que sa levée dépendra des «conditions sécuritaires». Plutôt que d’accepter la dissolution du Parlement exigée par les protestataires, la déclaration affirme que le gouvernement acceptera les verdicts des tribunaux annulant certains résultats frauduleux des élections législatives de novembre 2010. Mais elle ne va pas jusqu’à accepter la tenue d’un autre scrutin pour remplacer le Parlement massivement dominé par le PND de Moubarak. Autre difficulté pour l’opposition: elle semble divisée entre la jeunesse – qui peut se targuer d’avoir été le moteur des manifestations – et des groupes plus structurés allant des libéraux à la gauche en passant par les islamistes, qui sont plus pragmatiques et mieux disposés à l’ouverture de négociations politiques. L’une des voix les plus fermes de l’opposition est celle des Frères musulmans qui sont restés en retrait au tout début des manifestations. Ils discutent maintenant avec le gouvernement, ce qui aurait été impensable avant le 25 janvier.  L’Etat les a longtemps diabolisés en se présentant, en particulier aux yeux de l’Occident, comme un rempart contre l’islamisme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *