Electricité : Les cartes prépayées généralisées

Electricité : Les cartes prépayées généralisées

«Une carte d’électricité pour recharger mon compteur, SVP». Cette phrase paraît aujourd’hui bizarre pour le grand public mais elle risque de devenir bientôt une chose tout à fait banale. Et pour cause. Les cartes prépayées d’électricité seront généralisées à tout le Maroc.

Les Marocains habitués à utiliser les services prépayés dans la téléphonie devront s’en accommoder également pour leur consommation de l’électricité. L’annonce a été faite par Mohamed Louafa, ministre délégué en charge des affaires générales et de la gouvernance. Le principe est simple comme en téléphonie d’ailleurs. Un client, par exemple, de l’ONEE (Office national de l’eau et de l’électricité) ou d’une quelconque régie de distribution pourra acquérir dans une agence ou dans le commerce une carte prépayée d’électricité avec une date de validité précise pour ensuite recharger non pas son téléphone mais son compteur.

Cette option permet au client de mieux contrôler ses dépenses et adapter ses besoins en fonction de son solde. Les responsables y trouvent également leur compte puisque la production d’électricité pourra être adaptée plus facilement à la demande. Vu le timing de son annonce, cette option doit permettre de limiter les réclamations contre les factures jugées trop élevées par les clients comme ce fut le cas dernièrement à Tanger ou encore à Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech ces deux dernières années.

Le gouvernement veut ainsi généraliser une expérience qui est déjà en cours au Maroc depuis 2002. En effet, les cartes prépayées en électricité sont utilisées par au moins un million de clients localisés essentiellement dans le milieu rural. L’Exécutif veut aujourd’hui généraliser l’expérience. Si la décision est déjà précise, la mise en œuvre risque toutefois de prendre quelque temps. Les cartes prépayées imposent l’installation de compteur spécifique. Ceci nous amène à la deuxième annonce du jour de la part du ministre Louafa.

Le gouvernement amorcera l’installation de compteurs nouvelle génération pouvant être contrôlés à distance. Le ministre a qualifié les compteurs utilisés actuellement de compteurs du «Moyen Age». «Cette opération nécessitera des investissements très lourds», a affirmé le responsable. Aucune estimation du coût total de ce projet n’existe pour le moment ni sur les modes de financement de l’investissement.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *