Environnement et changements climatiques: Un engagement royal

Environnement et changements climatiques: Un engagement royal

«Le temps du doute et du scepticisme n’est plus permis, pas plus que ne le sera désormais l’alibi des fausses priorités pour une Communauté des Nations, qui pendant trop longtemps a accepté de tourner le dos au devenir et à l’avenir de tous ses enfants», a souligné le Souverain.

La participation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à la COP21 à Paris a été un signal fort. Car l’engagement du Maroc en faveur de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques sont un choix stratégique. Le Royaume est devenu grâce à cette orientation l’une des références au niveau international, notamment en matière de la promotion des énergies renouvelables et du développement durable. Le discours royal prononcé à la COP21 par Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid traduisait l’engagement du Maroc en faveur de la question du climat.

«Le rendez-vous qui est le nôtre aujourd’hui à Paris n’est pas et ne peut plus être celui des Sommets et des Conférences que la Communauté des Nations inscrit régulièrement dans l’agenda des relations internationales. Il ne le sera pas, et vous me permettrez de vous le dire aussi directement, car la Conférence de Paris et celle que mon pays se propose d’accueillir dans un an à Marrakech, seront d’abord les conférences fondatrices du futur que nous avons le devoir et la responsabilité de léguer à nos enfants», a affirmé Sa Majesté le Roi.

«L’enjeu de nos discussions n’est ni idéologique, ni diplomatique, ni même économique au sens conventionnel de nos débats et de nos rencontres antérieures. Chacun sait maintenant que la menace est planétaire et qu’aucune nation, aucune région, aucun continent n’échappera aux conséquences du dérèglement climatique. Le temps du doute et du scepticisme n’est plus permis, pas plus que ne le sera désormais l’alibi des fausses priorités pour une Communauté des Nations, qui pendant trop longtemps a accepté de tourner le dos au devenir et à l’avenir de tous ses enfants», a poursuivi le Souverain.

C’est en effet l’engagement de la plus haute autorité au Maroc qui a poussé le Royaume à se porter candidat pour l’organisation de la COP22. «Fort de cet engagement irréversible, le Maroc se porte candidat à l’organisation à Marrakech, en 2016, de la COP22. C’est là le sens de l’Appel de Tanger que j’ai lancé, conjointement, avec Son Excellence le Président François Hollande, confirmant ainsi l’engagement de travailler, la main dans la main, pour la réussite de ces rendez-vous déterminants pour notre destinée future. Les étapes doivent, en effet, s’enchaîner et la route sera longue, car des habitudes sont à changer, des priorités sont à définir, des technologies sont à inventer, des bilans, réguliers, doivent être acceptés», a déclaré le Souverain.
En attendant la Conférence de Marrakech prévue en novembre prochain, le Maroc a déjà accueilli un autre événement important en faveur du climat et de l’environnement.
La ville de Tanger a dans ce sens abrité la deuxième édition de la MedCOP. «Aujourd’hui, la Méditerranée doit donner l’exemple, dans la construction d’un nouveau mode de consommation et de production et dans l’innovation en matière de développement durable», a souligné le Souverain dans un discours lu en son nom par le président de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

«Subissant la majorité des impacts climatiques répertoriés, la Méditerranée saura transformer les indispensables mesures d’atténuation et d’adaptation en leviers pour un développement durable inclusif et prospère», a ajouté SM le Roi. «La Méditerranée est parcourue de mutations rapides. Elle fait face à des défis multiples et inédits. Creuset de la civilisation, de la science et de la culture, elle a toujours su innover et se surpasser. Aujourd’hui, la Méditerranée doit donner l’exemple dans la construction d’un nouveau mode de consommation et de production et dans l’innovation en matière de lutte contre les changements climatiques et plus généralement, de développement durable. Il n’y a qu’un destin pour notre région : celui que nous œuvrerons à lui donner», a conclu  le Souverain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *