Espagne : la presse de moins en moins indépendante

Espagne : la presse de moins en moins indépendante

L’Association de la presse de Madrid (APM) vient de rendre public son "Rapport annuel de la profession journalistique" de 2005. Ce rapport de 400 pages passe en revue la situation du journalisme en Espagne analysant secteur par secteur à travers des sondages, des statistiques et des enquêtes. La révélation phare de cette année concerne la réduction flagrante de la marge de liberté des journalistes dans le traitement de l’information. Ainsi, 60 % des journalistes espagnols affirment avoir subi des pressions dans l’exercice de leur fonction et 79 % considèrent que l’image de la profession s’est largement détériorée. Mais la révélation la plus choquante du rapport est la montée de la préoccupation des journalistes pour "les attaques à la liberté d’expression" en Espagne. Ce qui a réduit la notation annuelle en matière d’indépendance de la profession à 4.9 sur 10. Par ailleurs, le président de l’APM, Fernando Urbaneja, a aussi sonné l’alarme quant à l’apparition d’un nouveau phénomène qu’il a qualifié de "déficit d’auto-estime professionnelle". Selon le rapport, plusieurs jeunes journalistes affirment être déçus par la situation du métier. Pour Urbaneja, cela serait dû essentiellement à la précarité du travail et aux "attaques à la liberté d’expression".
S’agissant de l’image des médias espagnols, le document de l’APM contient aussi des révélations surprenantes.
Ainsi, les médias qui donnent une très bonne image de la profession sont le quotidien gratuit "Qué !" qui a obtenu 3.4 points sur un maximum de 4. Dans le secteur de l’audiovisuel, c’est la télévision régionale de la capitale espagnole "Telemadrid" qui se situe en tête en compagnie de la Radio de la Catalogne et de la chaîne radiophonique nationale "Cadena Cope". Ainsi, en presse écrite, c’est un gratuit qui l’emporte devant l’ensemble de la presse, alors qu’en audiovisuel, ce sont une télévision et une Radio régionales qui bénéficient de l’estime du public. Il faut signaler que "donner une bonne image de la profession" ne signifie pas automatiquement avoir la plus grande audience. S’agissant des médias produisant la plus mauvaise image de la profession, c’est le quotidien La Razon qui se situe en tête avec 2.6 points seulement suivi du journal basque "Euskadi Irratia".
Pour ce qui est des médias les plus connus et les plus lus d’Espagne, ils se situent en milieu du tableau de classement. Ainsi, El Pais et El Mundo obtiennent 3 points derrière ABC avec 3.1 sur 4.
Côté fiabilité de l’information rapportée par les médias, 39.7 % seulement des Espagnols font confiance à la presse.
Enfin, comme source d’information, l’Internet se situe en dernière position. 9% seulement des Espagnols affirment s’informer régulièrement à travers le Web.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *