Espagne : Procès pour génocide contre le polisario

Espagne : Procès pour génocide contre le polisario

Des victimes sahraouies qui avaient porté plainte contre des dirigeants du « polisario » pour génocide et violations graves des droits de l’Homme à Tindouf seront entendues lundi par le juge de l’Audience nationale, la plus haute juridiction pénale espagnole, a-t-on appris, dimanche, par l’avocat chargé du dossier, José Manuel Romero.

Le tribunal madrilène qui avait jugé recevable cette plainte, déposée en 2007, avait adressé des notifications à plusieurs victimes pour audition, le 12 août devant l’Audience nationale, a précisé Romero dans une déclaration à MAP-Madrid.

Cette convocation concerne Dahi Aguai, président de l’Association des portés disparus au Polisario, et victime lui-même de ces actes, et Mme Saâdani Malainine, fille du défunt El Wali Seikh Slama.

Me Romero a indiqué également que deux accusés dans le cadre de cette affaire, à savoir l’ex-représentant du « polisario » en Espagne, Brahim Ghali, (actuellement en Algérie), et l’agent des services sécuritaires du « polisario » Lincoln Mahjoub, devront comparaître le 16 août devant le juge de l’Audience nationale pour répondre des accusations de « génocide, torture, disparitions forcées, détention illégale et violations graves des droits de l’Homme ».

Le juge de l’Audience nationale chargé de ce dossier avait demandé dernièrement à la police espagnole de localiser les personnes concernées et de leur notifier la plainte, a fait savoir l’avocat des victimes. 

Il est à rappeler que le juge de l’Audience nationale avait accepté la plainte, déposée le 14 décembre 2007 par des victimes sahraouies contre des dirigeants du « polisario » et des officiers de la sécurité et de l’armée algériennes, pour « génocide, torture, disparitions forcées, détention illégale et violations graves des droits de l’Homme ». 

Parmi les 29 accusés objet de la plainte figurent notamment Brahim Ghali, le soi-disant « ministre » de l’information de la pseudo « rasd » , Sid Ahmed Batal, prétendument « ministre » de l’éducation, Bachir Mustapha Sayed, et l’actuel représentant des séparatistes en Espagne, Jandoud Mohamed. Figurait également sur la liste l’ex-représentant du « polisario » aux Iles Canaries, Mohamed Luchaâ, décédé dernièrement à Las Palmas.

Les dénommés Khalil Sidi Mhamed, pseudo « ministre » des colonies, et Mohamed Khaddad, actuel coordinateur avec la MINURSO et ancien directeur général de la sécurité militaire, devront également répondre de leurs crimes devant la juridiction espagnole pour tortures à l’encontre des populations des camps de Tindouf.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *