Fermeture espagnole

Ce poste de passage auxiliaire, se situant sur la côte ouest de la ville spoliée, dit Benzù par les Espagnols, a été fermé au passage des habitants de la région. La décision est unilatérale. Elle se dit «définitive».
Selon les autorités coloniales espagnoles, cette décision est due à des « problèmes d’ordre public qu’a connus la région ces derniers mois et au fait que ce poste non-officiel constitue un point de passage d’immigrés clandestins et de mineurs ».
Le délégué du gouvernement espagnol à Sebta, Luis Vicente Moro, a expliqué, dans une conférence de presse que Bel Younech s’était transformé ces derniers temps en un lieu d’affrontement entre la garde civile et les habitants du village marocain, ce qui constitue pour lui une raison suffisante pour décréter la fermeture de ce poste. Les affrontements cités par Moro ont été enregistrés suite à l’invasion militaire espagnole de l’îlot marocain Tourah.
À cette occasion, les Marocains résidant dans le village de Bel Younech, qui se trouve à proximité de Tourah, avaient réagi contre le comportement colonialiste espagnol. Ainsi, durant les premières semaines de la crise entre le Maroc et l’Espagne au mois de juillet, les habitants s’étaient attaqués par des jets de pierre au poste de la garde civile espagnole de la « frontière ». Cette réaction avait été qualifiée d’une « Intifada » de la population locale contre le colonisateur espagnol et tout semble indiquer que la décision de fermeture est une opération de vengeance à l’encontre des villageois de Bel Younech. Se situant au milieu du village de « Bel Younech », qui se trouve à cheval sur les deux côtés de la « frontière », ce poste « frontalier » non-officiel permet le passage quotidien de 4000 Marocains entre travailleurs et commerçants qui se déplacent dans la ville pour des raisons professionnelles.
Existant depuis 1956, le poste de Bel Younech (Benzù du côté espagnol) a été attribué par le colonisateur espagnol à la municipalité de Sebta à la fin du protectorat; ce qui a provoqué la répartition d’un même village entre la zone libérée de Bel Younech et la zone occupée de Benzù. Ainsi, des familles ont été séparées et la fermeture décidée par la délégation du gouvernement espagnol provoque une situation des plus aberrantes. Car, désormais des familles entières se trouveront à quelques mètres sans pouvoir se rencontrer.
Rappelons que les habitants de Bel Younech avaient le privilège de passer à Sebta en présentant uniquement la carte d’identité nationale, prouvant leur résidence dans ce village. Or, ils seront désormais obligés de présenter un passeport et avoir un visa et se diriger à Bab Sebta se trouvant à des dizaines de kilomètres pour pouvoir rencontrer leurs cousins et parents se trouvant à quelques mètres de Bel Younech.
La décision de fermeture ne pourrait être définitive, affirment certains habitants de Sebta qui estiment qu’une telle initiative aura un effet négatif sur la situation économique de la ville, dont la principale ressource reste la contrebande. Selon un responsable de la chambre de commerce espagnole de Sebta, « le commerce local sera affecté…Nous avons tous vécu des moments où, pour des raisons différentes, ledit passage a été fermé et les commerçants avaient alors senti une chute alarmante de leur chiffre de ventes, ce qui supposerait la perte de nombreux postes d’emploi et la ville risque donc d’en subir les préjudices…L’adoption d’une mesure comme la fermeture risque de créer de graves problèmes à la ville… ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *