Fès : Priorité à l’habitat décent

Le développement de l’habitat décent et la lutte contre les bidonvilles demeurent inscrits au centre des préoccupations du Souverain. C’est dans cette optique que SM Mohammed VI a procédé à plusieurs inaugurations dans la ville de Fès et ses régions.
Au sein même de la capitale spirituelle du Royaume, le Souverain s’est informé, lundi dernier, sur l’état d’avancement du programme de mise à niveau urbaine de Fès. En effet, trois axes ont été retenus par le ministère de l’Habitat pour sortir la ville de Fès de son chaos urbanistique. Il s’agit, tout d’abord, de mettre à niveau les documents urbanistiques: élaborer un nouveau schéma directeur, cinq plans d’aménagement sectoriel, et ouvrir de cinq zones de 1.200 hectares à l’urbanisation. L’une des plus importantes zones d’urbanisation nouvelle (ZUN) est le projet Bensouda. Deuxième axe: l’aménagement de 130 hectares pour la construction de 13.000 logements.
Et enfin, le troisième axe porte sur un programme intégré visant la lutte contre toutes les formes d’habitat insalubre qui bénéficiera à 48.500 ménages avec un coût estimé à 942 millions de DH.
Pour ce qui est du recasement des bidonvillois, les Organismes sous tutelle (OST) du ministère de l’Habitat en partenariat avec la compagnie générale immobilière, filiale du groupe CDG, ont pris en charge la réalisation de six projets. Ces derniers consistent à la construction de plus de 19.000 logements sur une superficie de 222 hectares avec un coût global de 887 millions de DH. En clair, les bidonvillois seront recasés dans la ZUN Bensouda ainsi que dans les quartiers Moulay Driss, Dalila, Jbal Tghat, Douar Laâskar et Ain Smen.
Ces projets consistent en la construction d’unités d’habitat en faveur des fonctionnaires de la sûreté nationale et la construction, en partenariat avec la fondation Mohammed VI pour la promotion des oeuvres sociales de l’éducation et de la formation, de 220 logements au profit du corps enseignant. A noter que la programmation de ces projets n’a été possible que grâce à la construction du collecteur des eaux usées de la zone Zouagha-Bensouda que le Souverain avait inauguré en avril 2001. Ce collecteur a permis l’ouverture de 1.100 hectares à l’urbanisation et la réhabilitation de cette zone pour qu’elle devienne un pôle d’investissement dans le secteur immobilier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *