décembre 15, 2017

 

Fête de l’indépendance : 62ème anniversaire d’une marche vers la prospérité

Fête de l’indépendance : 62ème anniversaire d’une marche vers la prospérité

Le peuple marocain célèbre également le retour de Feu SM Mohammed V de l’exil

C’est une fête pleine d’enseignements à la fois pour les générations qui ont vécu la lutte pour l’indépendance et celles qui ont suivi mais également les générations montantes. Car, l’épopée de la libération de la patrie de l’emprise du colonisateur fut le résultat de l’engagement en faveur du pacte historique entre le Trône, le peuple et le mouvement national.

Il était une fois un peuple et une famille royale qui sont venus à bout du colonialisme. Ce sont déjà 62 ans qui se sont écoulés depuis l’indépendance du Royaume. C’est avec fierté que le peuple marocain et la famille de la résistance et de l’armée de libération commémorent la fête de l’Indépendance qui symbolise le triomphe de la volonté du Trône et du peuple dans la lutte nationale pour la liberté et l’unité. C’est d’autant plus vrai que cette occasion rappelle également le retour triomphal de l’exil de Feu SM Mohammed V, héros de la libération nationale, et de son compagnon de lutte, Feu SM Hassan II et de l’illustre famille royale.

Un retour qui sonna la fin de l’ère de la tutelle et du protectorat et l’avènement de l’aube de la liberté et de l’indépendance. Il s’agit d’une fête pleine d’enseignements à la fois pour les générations qui ont vécu la lutte pour l’indépendance et celles qui ont suivi mais également les générations montantes. Car, l’épopée de la libération de la patrie de l’emprise du colonisateur fut le résultat de l’engagement en faveur du pacte historique entre le Trône, le peuple et le mouvement national. Un pacte qui symbolise la victoire des causes de la nation et ses intérêts suprêmes visant à recouvrer les droits légitimes à la liberté et à l’indépendance. Très tôt, le peupe marocain s’est soulevé contre la présence étrangère. Car la marche vers l’indépendance fut longue et souvent pénible au prix de sacrifices difficiles. Certains enfants du pays ont dû payer de leur vie comme Zerktouni, Rachidi, Hansali, Ziraoui et tant d’autres.

La lutte pour l’indépendance a été dès le départ effectuée en parfaite symbiose avec Feu SM Mohammed V. Une symbiose qui s’illustre parfaitement avec la présentation, le 11 janvier 1944, du Manifeste de l’Indépendance et la visite historique de Feu SM Mohammed V à Tanger qui a été marquée par un discours royal historique sur l’unité du Maroc et son indépendance. Les autorités coloniales ont voulu agir sur cette symbiose et casser le lien solide qui unissait les Marocains et le Trône alaouite. Et c’est en août 1953 que la lutte et les confrontations avec les autorités coloniales ont culminé, lorsque le colonisateur décida d’exiler le symbole de la Nation, Feu SM Mohammed V, son compagnant de lutte feu SM Hassan II et le reste de la famille royale. Cet exil a provoqué la réaction du peuple marocain, sous la conduite du regretté Souverain, contre cette décision, en déclarant sa révolution contre la colonisation pour défendre les constantes de la Nation et ses valeurs sacrées. En prenant une telle décision aussi hasardeuse que désespérée, le résident général français de l’époque participait, sans le savoir bien évidemment, au déclenchement de la révolution, la multiplication et l’extension des opérations de lutte et le lancement des opérations de l’armée de la libération ont été couronnés par une victoire historique marquée par le retour glorieux de Feu SM Mohammed V à la mère-patrie.

Les victoires se sont enchaînées par la suite avec la mobilisation de l’armée de libération pour libérer les parties Sud du territoire national sous occupation espagnole. Quelque temps après, Feu SM Mohammed V allait lui-même se déplacer dans le Sud, à M’Hamid El Ghizlane plus exactement. Il y prononcera un discours historique en présence de représentants des tribus du Sahara marocain. Il faut dire que cette initiative a été décisive quant à la détermination du Maroc à aller de l’avant dans le recouvrement de ses terres spoliées au Sahara. Puis, grâce à la perspicacité du père de la Nation et à la symbiose régnant entre le peuple et le Trône, le Maroc a pu récupérer Tarfaya en avril 1958.

Le flambeau de la libération a été porté par la suite par Feu SM Hassan II pour le parachèvement de l’unité territoriale, en l’occurrence la récupération de Sidi Ifni en 1969, des provinces du Sud après l’organisation de la Marche Verte en 1975 et ensuite de la province de Oued Eddahab le 14 août 1979. Aujourd’hui, la commémoration du 62e anniversaire de l’indépendance, le Maroc et les Marocains réitèrent leur mobilisation derrière SM le Roi Mohammed VI, qui n’a eu de cesse depuis son accession au Trône d’œuvrer pour consacrer les piliers d’un Etat de droit et d’institutions, et de hisser la place du Maroc parmi les peuples et les nations dans un cadre de symbiose entre l’ensemble des catégories du peuple marocain et ses différentes forces vives, en vue de faire face aux défis du 3ème millénaire et gagner le pari d’un développement global, durable et inclusif.

Discours de Tanger

Le célèbre discours de Tanger prononcé par Feu SM Mohammed V fut réellement un acte fondateur dans la lutte pour l’indépendance du Maroc. En effet, le 9 avril 1947, soit deux jours après la répression sanglante d’une manifestation à Casablanca, le Sultan Sidi Mohamed Ben Youssef se rend à Tanger, sous statut international à l’époque, pour prononcer un discours historique dans les jardins de la «Mendoubiya».

Un discours qui aura pour effet de renforcer et d’accélérer la lutte pour l’indépendance du Maroc. L’effet du discours fut si retentissant au Maroc et même au-delà des frontières que les autorités coloniales ont été forcées de prendre certaines mesures. Eirik Labonne, résident général au Maroc, fut ainsi rappelé par la France, qui considéra le discours comme un affront à son représentant.

Considéré comme étant libéral, ce dernier a été remplacé par un militaire qui n’est autre que le général Juin. Le nouveau résident avait pour mission de renforcer le pouvoir du protectorat.

Les pourparlers d’Aix-Les-Bains

Il y a 62 ans, les pourparlers franco-marocains se sont déroulés dans la ville d’Aix-Les-Bains. Ce fut le début du processus de négociations qui conduisit à l’indépendance du Maroc en 1956.

Plusieurs officiels français ont participé à ces négociations, notamment le président du conseil, Edgard Faure, le ministre des affaires étrangères, Antoine Pinay, le général Koenig, ministre de la défense nationale et des forces armées, et Pierre July, le ministre des affaires marocaines et tunisiennes. La délégation marocaine comprenait des représentants du parti de l’Istiqlal ainsi que des membres du Parti démocratique de l’indépendance. Il s’agit notamment de Mohammed Lyazidi, Mehdi Ben Barka, Omar Ben Abdeljlil, Abderrahim Bouabid et M’hammed Boucetta. Le PDI était représenté par Cherkaoui et Boutaleb. Malgré l’opposition farouche de certains représentants des autorités coloniales, le Maroc allait quelque temps après retrouver son indépendance. Le retour de Feu SM Mohammed V fut ainsi le premier signe de l’indépendance.

Articles similaires

1 Comment

  1. DR IDRISSI MY AHMED

    Bon anniversaire …
    Anniversaire de fête au plus bas du terme …Réveillez-vous , ô cadres de ce pays !
    Une fête que les marocains chôment au vrai sens du mot .
    Dans les journaux de ce jour 3 pubs seulement de l’OCP…
    Tous les vœux , fêtes et joies passent par la trappe nationaliste vécue au passif

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *