Fêtes consulaires de Lyon : Laâyoune Sakia El Hamra à l’honneur

Fêtes consulaires de Lyon :  Laâyoune Sakia El Hamra à l’honneur

La participation du consulat général du Maroc à la 16e édition des fêtes consulaires, qui se tiennent à Lyon jusqu’au 2 juillet, est axée sur la promotion de la culture et du patrimoine immatériel, avec un focus sur la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Dans ce cadre, le pavillon du Maroc, qui s’est toujours décliné à travers des thématiques bien identifiées et ciblées, s’est articulé cette année autour de trois thèmes : les provinces du sud marocain, la calligraphie marocaine et les manuscrits de Tombouctou.

Ainsi, la thématique des provinces du sud marocain a été marquée par une exposition de livres et beaux livres, d’œuvres d’art, de bijoux, d’objets d’artisanat, d’objets nomades et des produits du terroir. La mise en avant de la culture hassanie a également été au rendez-vous avec la présence de la fameuse troupe «Mnat Aichata». Cela a permis de mettre en exergue le patrimoine matériel et immatériel de cette région qui connaît un développement culturel, économique et social sans précédent. La participation qualitative de la région et de l’Agence du Sud a constitué un événement dans l’événement en illustrant avec authenticité la vie et la créativité dans le sud marocain.

Le volet de la calligraphie marocaine a été marqué par la participation de l’artiste Sadik Haddari, calligraphe de renommée internationale, qui a exposé plusieurs de ses performances et a réussi avec brio à mettre en avant la particularité marocaine en matière de calligraphie. L’artiste a réalisé durant cet événement une performance artistique en produisant, en public, une calligraphie de très grand format. Le pavillon marocain a également été rehaussé par une exposition exceptionnelle et inédite de manuscrits de Tombouctou, patrimoine mondial de l’Unesco, en la présence de Abdel Kader Haidara, conservateur des Bibliothèques de Tombouctou depuis 30 ans et sauveur de ces manuscrits de leur destruction par les djihadistes au Mali en 2012. Dans ses différentes interventions, M. Haidara a témoigné de l’ancrage incontestable du Maroc à la culture africaine et son apport déterminant à ce patrimoine de l’humanité puisque plus de 30% des livres de cette bibliothèque sont d’origine marocaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *