Fogarim : les réticences persistent

Du 16 au 18 mars se tiendra à Casablanca le salon du Fogarim (Fonds de garantie des prêts au logement en faveur des populations à revenus modestes ou non réguliers). Un événement dédié à ce fonds de garantie mis en place en 2004 par l’Etat pour encourager l’accès au logement. à la date du 10 février 2006, 3359 dossiers ont bénéficié de la garantie de l’Etat dans le cadre du Fogarim, pour un montant global de 342 millions DH. La moyenne par bénéficiaire est de l’ordre de 102.000 DH. «Cette tendance à la hausse va en se précisant. Nous tablons, pour la seule année 2006, sur un total de 4000 dossiers traités», estime Moulay Chérif Tahiri, directeur de la Promotion immobilière au ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme. Pour ce qui est des dossiers qui ont été rejetés, impossible d’avoir un chiffre exact. Et ce pour deux raisons. «La première sélection s’effectue au niveau des différentes banques et qui vérifient que les différents critères mis en place par la Caisse centrale de garantie (CCG) sont bien respectés. La deuxième sélection se fait au niveau de cette dernière», explique le directeur de la Promotion immobilière. Il est à signaler qu’au début, le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme tablait sur quelque 5000 dossiers traités comme rythme de lancement. Au bout de la première année, le nombre des dossiers acceptés n’a guère dépassé les 1500. Pour plusieurs observateurs, ce sont les banques qui ont longtemps été frileuses quant à l’idée d’accorder des prêts à une frange de la population qui, jusque-là, était à l’écart du système bancaire et incapable surtout de justifier d’un revenu stable à même de rassurer les banquiers. La garantie de l’Etat, à hauteur de 70% du prêt, n’a visiblement pas changer grand chose à la donne. En octobre 2005, deux nouvelles mesures ont été adoptées par les différents intervenants, Primature, ministère des Finances et de la Privatisation notamment pour dynamiser ce fonds. Les différents établissements bancaires concernés, membres du GPBM, ont également approuvé ces mesures. La première concerne l’augmentation du montant maximum de 1.000 à 1.500 dirhams pour le remboursement mensuel des prêts alors que la seconde concerne le remplacement de l’attestation de salaire délivrée par les autorités locales par une déclaration de la personne concernée.

  FOGARIM : mode d’emploi

Le Fonds de garantie des prêts au logement en faveur des populations à revenus modestes ou non réguliers (FOGARIM), doté de 200 millions DH, a été mis en place par l’Etat en 2004 avec pour principal objectif de faciliter l’accès au logement. Suivant le schéma retenu, les prêts étaient garantis à hauteur de 70 % par la Caisse centrale de garantie (CCG) et à 30% par les banques. L’objectif de la création de ce fonds est simple : permettre à toute personne n’étant pas fonctionnaire, ni employée du secteur public ni salariée d’une entreprise publique affiliée à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) d’accéder à un logement décent. Le candidat devait en plus de ces critères exercer une activité génératrice de ressources et ne pas être propriétaire d’un logement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *