Gouvernement : Les dossiers chauds de la rentrée

Gouvernement :  Les dossiers chauds de la rentrée

Emploi, éducation, protection sociale, investissement…

Le chef de gouvernement s’engage avec son équipe à renforcer la réalisation de la stratégie nationale de lutte contre la corruption ainsi que la poursuite de la réforme de l’administration.

Maintenir le cap. C’est l’engagement pris par le gouvernement El Othmani à l’occasion de la présentation du bilan de sa première année d’exercice. Dans ce sens, l’Exécutif a pris plusieurs engagements dans différents dossiers chauds et ce dès la rentrée. C’est le cas notamment pour la réforme de l’administration et l’atteinte de la bonne gouvernance. Le chef de gouvernement s’engage avec son équipe à renforcer la réalisation de la stratégie nationale de lutte contre la corruption ainsi que la poursuite de la réforme de l’administration. Il est également question d’accélérer la mise en œuvre de la régionalisation avancée et l’activation du système de la contractualisation avec les régions. L’Exécutif annonce, en outre, l’adoption de la charte de la décentralisation administrative et l’élargissement de l’administration électronique. S’agissant des secteurs de l’éducation et de l’emploi, les responsables annoncent l’accélération de l’adoption et de l’exécution de la loi cadre relative au système de l’enseignement, de la formation et de la recherche scientifique notamment à travers la signature de contrats programmes concernant la qualité de l’enseignement, les ressources humaines et les infrastructures.

La lutte contre le chômage sera marquée par la mise en œuvre du plan national de l’emploi, notamment sur le plan régional. Il s’agit également pour le gouvernement d’activer le plan national de la santé 2025 ainsi que l’adoption d’une charte nationale des prestations médicales. Sur le plan du soutien et du renforcement de l’économie nationale, le gouvernement s’engage dès la rentrée prochaine au lancement de la réforme des Centres régionaux de l’investissement sans oublier l’adoption de la nouvelle charte d’investissement et la poursuite de la mise en œuvre du plan de l’accélération industrielle sur le plan régional. Un intérêt sera accordé à la préservation de l’équilibre des indicateurs macro-économmiques (inflation, déficit…) ainsi qu’à l’accompagnement des grandes stratégies sectorielles dans les domaines de l’agriculture, la pêche maritime, l’eau, les énergies renouvelables, le tourisme, l’artisanat, le développement durable, les infrastructures et la logistique.

Pour ce faire, l’Exécutif entend capitaliser sur ses premières réalisations lors de la première année de son mandat marquée par «la mise en marche d’une nouvelle dynamique de réformes, qui met le citoyen et l’entreprise au centre des préoccupations». Les responsables disent dans ce sens que «le gouvernement, qui a entamé son mandat fin avril 2017, s’est assigné pour mission première de veiller à préserver la dignité du citoyen et à garantir l’exercice effectif des droits prévus par la Constitution de 2011». La même source fait savoir que «le gouvernement s’est assigné pour mission première de veiller à préserver la dignité du citoyen et à garantir l’exercice effectif des droits prévus par la Constitution de 2011. Ainsi, le gouvernement a adopté une stratégie nationale pour les droits de l’Homme, ainsi qu’une série de textes importants visant à affirmer les droits des citoyens, mais aussi des Marocains du monde ou des étrangers vivant sur le territoire national».

Réforme

«Le gouvernement, qui a entamé son mandat fin avril 2017, s’est assigné pour mission première de veiller à préserver la dignité du citoyen et à garantir l’exercice effectif des droits prévus par la Constitution de 2011», selon un document portant sur l’exécution du programme gouvernemental au titre de la 1ère année. La même source précise qu’au niveau de la réforme de l’administration, «le gouvernement a œuvré pour la simplification de nombreuses procédures usuelles et lourdes pour le citoyen, à l’instar de la certification des copies conformes, tout en préparant la généralisation de l’opposabilité des procédures publiées sur le portail www.service-public.ma.

Le gouvernement a également instauré un nouveau système unifié de traitement des plaintes des usagers à travers le lancement du portail national www.chikaya.ma, et lancé de nombreuses applications électroniques visant à faciliter la vie du citoyen et à lui donner accès à une information fiable et actualisée. Par ailleurs, une feuille de route globale pour la réforme de l’administration et la modernisation de la fonction publique a été élaborée».

Dynamisation de l’emploi

Le gouvernement a inscrit dans la loi de Finances pour l’année 2018 plusieurs mesures «fortes» pour la création d’emplois, notamment l’élargissement du système Tahfiz pour promouvoir le recrutement de salariés par les nouvelles entreprises (augmentation du plafond de l’exonération de l’IR à 10.000 MAD, la prise en charge des allocations sociales par l’État au profit de 10 salariés au lieu de 5, ainsi que le prolongement de l’exonération des entreprises nouvellement créées jusqu’à 2022), fait savoir la même source.

Le régime de l’auto-emploi, qui est un levier important pour la création d’emplois et la lutte contre le chômage, a enregistré une forte progression passant de près de 30.000 personnes bénéficiaires en 2016 à environ 60.000 aujourd’hui. Pour dynamiser la création d’emplois à travers les différentes stratégies sectorielles (Plan d’accélération industrielle, Maroc Vert, etc.) et dans un souci de renforcer la coordination, le gouvernement a adopté le cadre de mise en œuvre du Plan national de promotion de l’emploi (PNPE), visant la création de 1,2 million d’emplois à l’horizon 2021.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *