Hajja Fatiha citée à comparaître

Hajja Fatiha citée à comparaître

L’épouse de l’ex-ministre d’Etat à l’Intérieur, Driss Basri, la fameuse Hajja Fatiha Slimani, a été convoquée par le juge d’instruction près la Cour d’appel de Casablanca, Jamal Serhane, chargé du dossier Slimani-Laâfora.
Selon des sources concordantes, une citation à comparaître a été adressée par le juge à la femme de l’ancien ministre à l’adresse de sa résidence officielle sise au kilomètre 5.5 de la route des Zaïrs à Rabat. Les mêmes sources ont confirmé que la convocation de Hajja Fatiha entre dans le cadre de l’instruction en cours du dossier Slimani-Laâfora et qu’elle n’a rien à voir avec les dernières sorties médiatiques hasardeuses de l’ex-ministre de l’Intérieur, qui se trouve actuellement en France où il a choisi de s’établir depuis qu’il a quitté le Maroc, il y a plus d’un an. Ainsi, la convocation de Mme Basri a été décidée par le juge, suite à la déclaration de l’une des personnes impliquées dans le dossier qui a affirmé que l’ex-dame de fer était en possession de plusieurs dizaines d’agréments de transport qu’elle aurait reçues d’une manière illégale et que plusieurs terrains du patrimoine communal dans plusieurs régions du Maroc lui auraient été cédés par les communes d’une manière illégitime grâce, certainement, à l’intervention de son époux, alors qu’il était ministre de l’Intérieur.
Des sources proches du dossier affirment qu’aucune charge n’a été retenue, pour le moment, contre la femme de Driss Basri, et qu’elle a été convoquée juste pour écouter sa version sur les faits qui lui ont été attribués par l’un des accusés.
Toutefois les mêmes sources n’ont pas exclu qu’un mandat d’arrêt soit lancé à son encontre au cas où elle refuserait de répondre à la convocation du juge, et ce conformément aux règles du code de procédure pénale en vigueur.
Rappelons que l’épouse de l’ancien ministre est la soeur du principal accusé dans le dossier dit Slimani-Laâfora. Il s’agit de l’ex-président de la Communauté urbaine de Casablanca et président de la Commune urbaine de Roches-Noires, Abdelmoughit Slimani, qui est poursuivi pour détournement de fonds et de malversations qu’il a commis en tant que responsable et élu communal.
L’affaire qui avait éclaté, il a y presque une année, a pris de très grandes ramifications grâce à l’enquête réalisée par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) et à l’instruction toujours en cours à la Cour d’appel de Casablanca.
Ainsi, après la convocation du fils aîné de l’ancien ministre de l’Intérieur, Hicham, c’est son épouse qui est aujourd’hui appelée à comparaître devant le juge d’instruction. Et si le fils n’a pas daigné répondre à la convocation que lui avait adressée le juge Serhane, qui pourrait lancer contre lui, dans les prochains jours, un mandat d’arrêt international, il est trop tôt pour savoir si l’épouse allait répondre favorablement à la citation de la justice. Une affaire à suivre…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *