Hommage à l’«Éternel» Arafat

« Il n’existe pas de mots assez forts pour saluer sa mémoire », a déclaré M. Abbas, lors d’une cérémonie organisée à la Mouqataâ, le quartier général du défunt leader qui abrite sa tombe. « Arafat a conduit notre peuple au seuil de la liberté et de l’indépendance. Abou Ammar (nom de guerre d’Arafat) restera éternellement présent dans nos esprits et la mémoire collective de notre peuple ainsi que celle du peuple musulman et arabe », a poursuivi M. Abbas.
M. Abbas, pressenti comme favori pour succéder à Yasser Arafat au poste de président de l’Autorité palestinienne lors de l’élection du 9 janvier, a repris l’un des serments du défunt raïs affirmant que « le jour viendra où un enfant lèvera le drapeau de la Palestine au-dessus des remparts de Jérusalem ». Arafat, mort le 11 novembre dans un hôpital français à l’âge de 75 ans, a été inhumé dans l’enceinte de la Mouqataâ, Israël ayant refusé qu’il soit enterré à Jérusalem-est, annexée, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur Etat.
M. Abbas a souligné le caractère provisoire de l’emplacement actuel de sa tombe. « Nous parlons près de l’emplacement temporaire de votre tombe avant que la terre libérée de Jérusalem ne vous accueille », a-t-il déclaré. M. Abbas parlait devant quelque 400 dignitaires palestiniens et étrangers dans une des salles de la Mouqataâ et ses propos étaient relayés par haut-parleurs à des milliers de Palestiniens rassemblés dans la cour. « Yasser Arafat est un dirigeant historique qui est entré dans l’Histoire par la grande porte », a-t-il affirmé. Dans la cour, des écoliers en tenue entonnaient des chants à la gloire d’Arafat alors que des hommes armés tiraient des rafales en l’air. Un poster géant d’Arafat, la tête couverte de son traditionnel keffieh et faisant le V de la victoire avec la mosquée d’Al-Aqsa de Jérusalem en arrière plan, était accroché sur la façade d’un des bâtiments de son ancien QG partiellement dévasté par l’armée israélienne. « Tu resteras éternellement dans nos coeurs », proclamait une inscription sur le poster. Des officiels venus d’Egypte et de Jordanie, des diplomates et des dignitaires musulmans et chrétiens étaient présents dans la salle. « Je n’oublierai jamais le souhait qu’il avait exprimé d’être enterré près d’Al-Aqsa », a, déclaré dans une allocution le mufti de Jérusalem, Ekremah Sabri. Le patriarche latin de Jérusalem, Michel Sabbah, a pour sa part, exhorté la nouvelle direction palestinienne à poursuivre la « marche (d’Arafat) pour mettre fin à l’esclavage imposé au peuple palestinien », c’est-à-dire l’occupation israélienne. Dans un message lu en son nom, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a défendu l’héritage de Yasser Arafat, qui était considéré par Israël et les Etats-Unis comme « un obstacle » à la paix.
« Il n’était pas un obstacle à la paix mais un fervent défenseur d’une paix juste et globale », a-t-il affirmé. Le Premier ministre palestinien, Ahmad Qoreï, a de son côté promis que les Palestiniens « poursuivront le chemin » tracé par Arafat et « préserveront sa mémoire génération après génération ». « La voie choisie par Yasser Arafat est notre voie, ses principes et ses objectifs sont les nôtres », a-t-il déclaré. « Le chemin sur lequel nous sommes engagés avec le défunt président est notre unique chemin et nous n’en dévierons pas car il mène à l’Etat palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale », a-t-il ajouté. A l’issue de la cérémonie, MM. Abbas et Qoreï ont hissé le drapeau qui était mis en berne près de la tombe d’Arafat, mettant officiellement fin aux 40 jours de deuil prévus dans la tradition musulmane.

• Ezzedine Said AFP

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *