Hôpital « 20 Août » de Casablanca : SAR la Princesse Lalla Salma inaugure un service de traitement des cancers du sang

Hôpital « 20 Août » de Casablanca :  SAR la Princesse Lalla Salma inaugure un service de traitement des cancers du sang

SAR la Princesse Lalla Salma, présidente de la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers, a procédé, mardi 21 janvier , à l’inauguration du service d’hématologie et d’oncologie adulte pour le traitement des cancers du sang situé dans l’enceinte de l’hôpital « 20 Août 1953 » au Centre hospitalier Universitaire (CHU) Ibn Rochd de Casablanca.

Après avoir coupé le ruban symbolique de cette structure, SAR la Princesse Lalla Salma a visité l’unité protégée dont les bureaux de l’infirmier chef et du médecin, la salle de garde malades, pharmacie, le secteur protégé I (12 chambres), l’espace visiteurs et le secteur protégé II (6 chambres).

Ce service a pour mission la prise en charge spécialisée pour le traitement des Leucémies Aiguës Myéloïdes (LAM), la formation des médecins spécialistes et la recherche scientifique dans ce domaine. Son réaménagement s’inscrit dans le cadre d’une convention de partenariat développé entre la Fondation Lalla Salma, le conseil régional du Grand Casablanca, le conseil préfectoral, le conseil de la ville, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), le ministère de la santé et le CHU Ibn Rochd de Casablanca.

Les LAM sont rares chez l’enfant. Elles sont l’apanage de l’adulte surtout après 50 ans et représentent environ 1.500 nouveaux cas au Maroc. En raison de sa spécificité, la prise en charge des LAM doit se faire dans des unités d’hématologie spécialisées disposant de compétences d’hématologistes cliniciens et d’infirmiers qualifiés.

Le traitement de ces patients doit se faire dans des structures dédiées avec des chambres « propres » et bénéficiant d’un plateau technique de biologie spécialisé en hématologie, en microbiologie et en mycologie.

Première du genre au Maroc, cette unité protégée de 18 lits dispose de chambres individuelles dites « propres », c’est-à-dire avec traitement de l’air afin de réduire le risque d’infections chez ces patients très fragiles. L’immunodépression est liée à la maladie et ce risque est fortement augmenté par la chimiothérapie qui leur est administrée.

Cette unité pourra accueillir jusqu’à 400 nouveaux cas par an en améliorant les résultats thérapeutiques afin de réduire la mortalité précoce liée aux infections et atteindre les taux de rémissions obtenus dans les pays occidentaux, qui peuvent aller de 70 à 90 %.

La construction de cette unité a nécessité huit mois de travaux pour un montant global de dix millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *