Ifrane ville hôte de «Sehaty fi Taghdiyati»

La dixième édition du programme «Sehaty fi Taghdiyati», qui a eu lieu jeudi 15 mars a été célébrée cette année à l’école Bir Anzarane dans la ville d’ifrane en présence des principaux acteurs du programme. «C’est dans un contexte national marqué par les carences nutritionnelles que ce programme a vu le jour sous la forme d’une éducation nutritionnelle au profit de tous les élèves de l’enseignement primaire des établissements publics du Royaume», a indiqué la directrice de communication externe à la Centrale Laitière Asmaa Belkeziz. Ainsi le programme d’éducation nutritionnelle en milieu scolaire a été réfléchi en fonction de la capacité de compréhension et d’assimilation des élèves et touche les six niveaux scolaires de l’enseignement primaire.
L’objectif étant qu’en fin de cycle de l’enseignement primaire, les élèves aient bénéficié de tout le programme et d’une formation complète sur la thématique nutritionnelle et qu’ils soient à même d’adopter un régime alimentaire équilibré et sain.
Cet engagement qu’a pris la Centrale Laitière et ledit ministère a permis depuis dix ans de faire bénéficier plus de 3,7 millions d’enfants de ces cours d’éducation.
Rappelons dans ce sens que le nombre de bénéficiaires en 2003 n’était que de 675.000 et mobilisait 13.568 enseignants alors qu’en 2012 ces chiffres se sont vus nettement à la hausse. Ce sont exactement 3.740.956 écoliers sensibilisés par 94.692 enseignants. Pour sa part, Mohamed Adardour, directeur de l’Académie régionale Meknès-Tafilalet, a estimé que cette journée est le fruit d’une synergie qui date depuis dix ans en faveur des élèves. «Sehaty fi Taghdiyati fête aujourd’hui ses dix ans, et ce grâce à la détermination des deux partenaires, à savoir la Centrale Laitière et le ministère de l’éducation nationale. Ce partenariat est à l’origine du succès de la Journée nationale de la nutrition en milieu scolaire. sans oublier l’implication massive des enseignants dans la réalisation et le succès de ce programme qui continuera à œuvrer dans ce sens», a-t-il affirmé.
Des affirmations que Belkeziz corrobore : «nous espérons pouvoir contribuer encore longtemps à faire en sorte que des générations de jeunes écoliers trouvent dans les cours d’éducation nutritionnelle une source continue d’apprentissage mais aussi des bases solides pour une vie adulte équilibrée».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *