Il y a 42 ans ,disparaissait SM Mohammed V

En ce jour de chaque année, selon le calendrier de l’Hégire, les Maro-cains, qui commémorent l’anniversaire de la disparition de feu SM Mohammed V, se rappellent la longue marche de la libération du pays et le combat qu’a mené, sur tous les fronts et en étroite symbiose avec son peuple, le libérateur de la nation, un Roi dont le parcours était intimement lié à la lutte pour l’indépendance du pays et l’exercice de la souveraineté et de la liberté pour les Marocains. La fidélité, la loyauté et l’esprit de sacrifice constituent les piliers du combat de feu SM Mohammed V. Préférant l’exil à la soumission, Il a conduit le combat jusqu’à la libération du pays du colonialisme. Déjà en 1947, dans le discours historique de Tanger, feu SM Mohammed V lançait publiquement, solennellement et internationalement les revendications du Maroc. Il a fallu accepter les sacrifices, relever les défis du colonisateur et fédérer autour du trône alaouite l’expression nationale et patriotique et réaliser cette symbiose exceptionnelle entre le Roi et le Peuple qui a connu sa manifestation la plus démonstrative lors du coup de force contre le Roi du Maroc en 1953 pour arracher la reconnaissance des droits du Maroc. Les négociations entre le Maroc et la France en vue de mettre un terme au protectorat et le rétablissement de l’indépendance, dans le cadre de l’unité politique et de l’intégrité territoriale marocaine, commencèrent, non sans difficulté, entre les deux parties. Après le retour d’exil et la proclamation de l’indépendance du Maroc, le 16 novembre 1956, Feu S.M. le Roi Mohammed V donne le ton et trace les orientations pour donner un contenu réel à l’indépendance en qualifiant le combat pour l’indépendance de «Petit Jiha» qu’il opposa au «Grand Jihad» qui consiste à asseoir cette indépendance. L’évocation du souvenir de Feu S.M. le Roi Mohammed V, en ces temps de grande tension autour des valeurs rappelle quelques phrases historiques : «Allons résolument vers les sources de la culture qui revivifie les coeurs et disperse par ses clartés l’ombre de l’adversité. Acquérons la science qui montre au vigilant le chemin des réalisations utiles. Agissons en appliquant ces principes qui constituent la meilleure défense contre l’avidité. Si vous répondez aux réconfortants appels que nous ne cessons de vous adresser, vous éviterez pour le présent et dans l’avenir toutes les embûches de la perdition, vous vivrez au contraire, honorés parmi les hommes et résisterez aux assauts du désespoir ….», avait déclaré le regretté défunt en…1947.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *