Incident de train de Zenata: Rabbah et Khlie devant le Parlement

Incident de train de Zenata: Rabbah et Khlie devant le Parlement

Quelques semaines après le déraillement d’un train, les parlementaires ont convoqué le ministre de l’équipement, du transport et de la logistique ainsi que Mohamed Rabie Khlie, directeur général de l’ONCF (Office national des chemins de fer).

Les deux hommes devaient passer hier devant la commission permanente des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants. Cette réunion qui intervient après l’accident ferroviaire à l’entrée de Zenata faisant un mort et plusieurs blessés, a été consacrée aux causes de l’accident ainsi qu’au plan d’action de l’ONCF.

Les deux responsables ont reçu des questions sur les mesures prises par les départements concernés pour renforcer la sécurité. Bien évidemment, les questions devaient porter sur d’autres sujets, notamment la qualité de services aux voyageurs, les horaires, la situation du réseau ferroviaire et des trains et la sécurité à l’intérieur des wagons.

De leur côté, les responsables de l’Office national des chemins de fer avaient déjà rendu publics lors d’une conférence de presse les résultats d’une enquête menée en interne sur les causes du déraillement du train de Zenata. Selon Mohamed Rabie Khlie, l’accident est dû à une erreur humaine. L’explication fournie par le management de l’Office précise, en effet, que le conducteur et le chef du train ont dépassé un signal d’arrêt à vitesse élevée sur une même voie empruntée par un train de fret en provenance de Aïn Sebaâ. C’est un manque de vigilance qui serait à l’origine du déraillement du train qui a traîné sur une distance de près de 300 m avant de percuter un wagon vide à l’arrêt sur une voie limitrophe.

Lors de la même conférence de presse, le numéro un de l’ONCF a affirmé que la sécurité est considérée comme une priorité. Il a expliqué que 75% des collaborateurs de l’Office sont concernés par la sécurité. Des tests et des contrôles en la matière sont programmés chaque année. Khlie a ajouté que l’ONCF met en en œuvre dans le cadre de son plan d’action 2010-2015 des mesures qui visent à renforcer la sécurité en misant notamment sur l’automatisation pour réduire le risque des erreurs humaines. Il est également question de l’instauration d’un nouveau système de management de la sécurité selon les standards internationaux et l’adoption d’un système rigoureux d’habilitation des collaborateurs en charge de la sécurité.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *