INDH : Acte III

INDH : Acte III

SM le Roi préside la cérémonie de lancement de la 3ème phase (2019-2023), conçue selon une nouvelle ingénierie

Le ministre de l’intérieur est revenu sur le bilan de la première et de la deuxième phases de l’INDH avant de décliner les grandes lignes de la nouvelle vision relative à la 3ème phase de cette Initiative.

C’est l’INDH nouvelle génération qui va démarrer. Dans ce sens, Sa Majesté le Roi Mohammed VI vient de présider au Palais Royal à Rabat la cérémonie de lancement de la 3ème phase de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) (2019-2023). Dotée d’une enveloppe budgétaire estimée à 18 milliards de dirhams, cette troisième phase a été conçue selon une nouvelle ingénierie. Les contours de la troisième génération de l’INDH ont été présentés devant SM le Roi par le ministre de l’intérieur, Abdelouafi Laftit. Concrètement, le ministre est revenu sur le bilan de la première et de la deuxième phases de l’INDH avant de décliner les grandes lignes de la nouvelle vision relative à la 3ème phase de cette Initiative qui s’inscrit en droite ligne du discours du Trône. Laftit a fait savoir que la nouvelle phase s’articulera autour de quatre principaux programmes.

Il s’agit du programme de réduction du déficit enregistré au niveau des infrastructures et des prestations sociales de base, du programme d’accompagnement des personnes en situation de précarité, du programme d’amélioration des revenus et d’intégration économique des jeunes et du programme d’appui pour le développement humain des générations montantes. La mise en œuvre de cette troisième phase se fera selon les règles de bonne gouvernance qui consacrent une gestion intégrée des projets et garantissent une certaine convergence entre les différents programmes sectoriels des établissements de l’Etat et des collectivités territoriales, a ajouté M. Laftit.

De même, conformément à la nouvelle politique de la régionalisation avancée et à celle de déconcentration administrative, il sera procédé à une redéfinition des attributions des organes actuels de gouvernance, de façon à garantir plus d’efficacité et d’efficience à ce chantier, a-t-il dit. La nouvelle vision de la troisième phase de l’INDH vise à assurer un développement humain et social durable, garant des valeurs de dignité, d’égalité et de solidarité et source de beaucoup d’espoir pour les générations montantes, a fait remarquer M. Laftit.

Il a souligné que les programmes prévus au titre de cette phase interviennent en application des résultats de l’évaluation sur le terrain des programmes de cette Initiative et en concrétisation des recommandations inscrites dans les rapports des partenaires qu’ils soient institutionnels, collectivités locales ou société civile. Ces programmes ont pour principaux objectifs de consolider les acquis enregistrés, en veillant à assurer la pérennité des projets réalisés et à améliorer leurs services, a-t-il précisé, notant que ces programmes ambitionnent également de réduire les déficits enregistrés au niveau des infrastructures et des services de base de santé et d’éducation, de renforcer la cohésion sociale, de promouvoir l’intégration économique des jeunes et de consacrer le rôle de l’INDH en tant que principal levier de convergence et de mobilisation des différents acteurs.

Quatre programmes

Selon le ministre de l’intérieur, la troisième phase de l’INDH est basée sur quatre programmes cohérents et complémentaires garantissant la participation de tous les acteurs sociaux. Le premier programme vise à préserver les acquis des première et deuxième phases tout en poursuivant l’action pour remédier à une partie du déficit relevé par la carte de pauvreté multidimensionnelle, notamment en ce qui concerne l’accès aux infrastructures et services de base, a ajouté le ministre. Le deuxième programme vise particulièrement à renforcer et à élargir les domaines d’intervention de l’INDH dans ses deux premières phases au profit des différentes catégories de personnes en situation de précarité, en œuvrant dans le cadre des réseaux associatifs, a-t-il affirmé. Le troisième programme vise principalement à garantir un revenu et créer des emplois pour les jeunes, a ajouté le ministre, notant que ce programme porte sur la promotion de l’élément humain à travers des mesures de soutien à la formation et d’accompagnement. Pour ce qui est du quatrième programme, le ministre a souligné qu’il s’agit d’une nouvelle pierre dans l’édification du système intégré de développement durable qui tend à lutter de manière proactive contre l’une des causes principales du retard en matière de développement humain, à travers l’investissement dans le capital humain dès la petite enfance.

Approche inspirée des Hautes orientations royales

La troisième phase de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), dont la cérémonie de lancement a été présidée mercredi par SM le Roi Mohammed VI, a été conçue selon une nouvelle approche inspirée des Hautes orientations royales, a indiqué le wali, chargé de la coordination nationale de l’INDH, Mohamed Dardouri. Si les deux premières phases de l’INDH ont accordé un intérêt particulier à la lutte contre la pauvreté dans le milieu rural, la lutte contre l’exclusion sociale dans le milieu urbain, la lutte contre la précarité, la réhabilitation territoriale et le renforcement des infrastructures et des services de base, la troisième phase de l’Initiative se focalisera sur la consolidation de ces acquis et la réorientation de ses programmes pour la promotion du capital humain, le soutien des catégories dans une situation difficile et le lancement d’une nouvelle génération d’initiatives génératrices de revenus et d’emplois.

Dans ce cadre, M. Dardouri a souligné que la gouvernance des programmes de la 3ème phase de l’INDH sera basée sur une approche participative, progressive et globale incluant la population, les élus, les associations et l’administration, une gouvernance territoriale, la convergence des projets et initiatives publics, l’amélioration du suivi et de l’allocation des ressources, et la complémentarité entre l’INDH et les mesures prises par l’État dans une logique qui ne se substitue pas aux programmes sectoriels.

Bilan

Lancée le 18 mai 2005 par SM le Roi Mohammed VI, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) vient de célébrer son 13e anniversaire. L’heure est donc au bilan pour cette initiative qui a pour objectif l’amélioration des conditions de vie des populations pauvres et vulnérables et la lutte contre l’exclusion sociale et économique. Il faut préciser dans ce sens que la mise en œuvre de l’INDH obéit à une plate-forme établie sur la base des Hautes instructions royales, selon des programmes à vision plurielle.

Pour le financement des programmes, il a été procédé à la création d’un compte d’affectation spéciale (CAS INDH) doté lors de la première phase (2006-2010) de 10 milliards de dirhams alors qu’une enveloppe de 17 milliards de dirhams a été débloquée pour la phase II (2011-2017). Le chef de gouvernement est l’ordonnateur du CAS INDH. Pour leur part, le ministre de l’intérieur, les walis et les gouverneurs des provinces et préfectures du Royaume sont sous-ordonnateurs de ce CAS. Ce dernier est alimenté par le budget général de l’Etat, les collectivités locales et la coopération internationale. L’un des importants axes de travail de l’INDH fut les AGR (activités génératrices de revenus).

L’Initiative a accordé, dès son lancement, un intérêt particulier à la promotion des AGR en soutenant les activités assurant l’inclusion socio-économique des personnes pauvres leur permettant de participer à la vie active et par là de se prendre en charge. Ainsi, 9.359 activités génératrices de revenus pour un montant total de 3,1 milliards de dirhams ont été lancées au profit de 153.000 bénéficiaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *