Informatique pour tous

Informatique pour tous

Le gouvernement est en train de mettre en place un projet colossal relatif à l’informatisation de tous les établissements scolaires du Maroc. Ce projet d’envergure traduit, en fait, une stratégie élaborée, il y a un an déjà, par le ministère de l’Education nationale. Sur instructions expresses de SM Mohammed VI, cette stratégie ministérielle a été érigée en projet gouvernemental, puisqu’elle est actuellement chapeautée par la Primature. Toutefois, une cellule du ministère de l’Education nationale et de l’Agence nationale de la réglementation des télécommunications (ANRT) travaille d’arrache-pied pour boucler ce projet appelé à révolutionner les écoles marocaines.
En attendant, ce plan d’action d’une durée de trois ans (sinon plus) portera sur trois axes principaux. Le tout nécessitant une enveloppe budgétaire atteignant le milliard de DH. Le premier axe de ce projet concerne "l’infrastructure". Il s’agit, en clair, d’équiper les établissements scolaires du pays en matériel informatique et en connexion Internet. Justement, pour ce qui concerne les établissements bénéficiaires, les responsables de ce projet gouvernemental sont on ne peut plus catégoriques : "Toutes les écoles, tous les collèges ainsi que tous les lycées du Maroc sont concernés". Au total, 6 millions de jeunes y compris les écoliers du monde rural (le Maroc compte environ 20.000 écoles satellites) bénéficieront de cette informatisation visant à réduire la fracture numérique.
Dans chaque établissement, il y aura au moins une salle multimédia équipée de manière globale, avec des ordinateurs, une connexion au réseau d’Internet et un serveur pour assurer une protection totale, évitant ainsi la consultation de sites prohibés.
Le deuxième axe du projet consistera à développer un contenu adapté aux besoins pédagogiques des écoliers, des collégiens et des lycéens. En d’autres termes, il s’agira de procurer à ces jeunes utilisateurs de technologies de l’information, "un cadre convivial qui contient des activités d’appui à l’enseignement classique préféré dans les écoles". Un cours de mathématiques, par exemple, peut être accompagné par une séance d’exercices sur ordinateur.
Quant au dernier axe, il concerne la formation au profit des élèves, bien entendu, des instituteurs et des enseignants. C’est un volet important auquel les responsables du projet accorderont une importance particulière.
Aujourd’hui, ce projet fait l’objet des dernières retouches. En attendant, il est prévu que dans chaque établissement, les élèves puissent bénéficier d’un temps minimum hebdomadaire d’usage des nouvelles technologies de l’information (NTIC). Dans les écoles primaires, ce temps peut être fixé à une ou deux heures par semaine. Les collégiens auront probablement droit à 2 ou 3 heures. Et les lycéens, entre 3 et 5 heures. L’essentiel est qu’ils puissent exploiter au maximum le potentiel qu’offrent les NTIC, considérées comme "un véritable réservoirs de connaissances".
En attendant le lancement officiel de ce projet grandiose, ses responsables tiennent à préciser que dans plusieurs établissements scolaires marocains, l’équipement informatique existe, l’enseignement des NTIC également. "On ne démarre pas de zéro". Toutefois, ce projet consistera à mettre à niveau ce qui est existant pour rapprocher l’enseignement des NTIC au Maroc des normes internationales. Grâce à un aménagement adéquat des emplois du temps, les responsables visent à atteindre l’objectif d’un ordinateur par élève.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *