Initiative 5+5 Défense : Madrid veut développer la confiance et la sécurité en Méditerrané

Initiative 5+5 Défense : Madrid veut développer la confiance et la sécurité en Méditerrané

L’Espagne, qui assure la présidence tournante de l’Initiative 5+5 Défense en 2014, est animée de la volonté pour faire de la Méditerranée occidentale un « forum privilégié de confiance et de sécurité », souligne, jeudi 2 janvier, le ministère espagnol de la Défense.

 L’action de l’Espagne lors de cette période sera basée sur trois piliers orientés vers le « renforcement des bases solides » de l’Initiative 5+5 Défense, précise le ministère dans un communiqué.

Le premier axe consiste en le rapprochement de l’initiative à la société civile à travers l’organisation de plusieurs activités avec le monde académique et des médias afin d’avoir une « vision plus étroite sur le projet de futur de l’Initiative ».

Le deuxième pilier mettra l’accent sur les efforts visant la mise en place d’un système de coordination dans le domaine de la gestion des catastrophes et des urgences à travers le partage d’expériences et la conjugaison des efforts pour améliorer l’efficacité des opérations d’aide aux personnes affectées par ces catastrophes.

La Présidence espagnole de l’Initiative 5+5 Dialogue envisage également de développer « avec pleine efficacité » les projets mis en place à long terme dans les domaines de la sécurité maritime et de la coopération dans les cas de catastrophes.

Créée en 2004, l’Initiative 5+5 Défense, qui regroupe cinq pays européens (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal) et les pays du Maghreb (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) se propose de renforcer la coopération entre les Etats membres à travers la promotion de l’action commune et des compétences entre leurs forces armées respectives et l’échange d’expériences et d’expertises.

Les travaux de l’Initiative 5+5 Défense s’articulent autour de quatre champs de coopération qui sont la surveillance maritime, la sûreté aérienne, la contribution des forces armées à la protection civile en cas de catastrophe majeure et la formation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *