Irak : Rumsfeld ne fait pas d’excuses directes

Irak : Rumsfeld ne fait pas d’excuses directes

« Etes-vous prêts à présenter des excuses », a demandé, mercredi matin, une journaliste sur la chaîne de télévision américaine ABC. M. Rumsfeld a répondu : « Oh mon Dieu: n’importe qui, n’importe quel Américain qui voit les photos que nous avons vues doit se sentir prêt à adresser ses excuses au peuple irakien », a-t-il dit. Interrogé sur d’éventuelles compensations financières qui pourraient être versées aux détenus irakiens victimes de ces sévices, il a répondu que, sous certaines circonstances, elles pourraient être versées.
« Dans certains cas, des compensations et des aides ont été accordées à des gens en Irak quand des circonstances ont montré qu’ils ont été traités injustement », a dit le secrétaire à la Défense. S’il n’a pas présenté d’excuses directes, il s’est en revanche une nouvelle fois attaché à défendre le système, soulignant que des informations sur les sévices ont été connues dès le 13 janvier et rapportées à des supérieurs militaires.
« A cette période, j’ai visité moi-même la prison d’Abou Ghraïb; je ne suis pas allé près des cellules ou étaient détenus des prisonniers. J’étais seulement dans la zone qui avait été condamnée, parce que c’est là que les hommes de Saddam Hussein menaient leur, tortures ». Interrogé sur une éventuelle démission de sa part, qui serait un résultat des enquêtes en cours, le secrétaire à la Défense a éludé la question. « Et bien il m’apparaît que la chaîne de commandement est la chaîne de commandement (…) et nous avons diligenté six enquêtes qui sont en cours pour déterminer ce qui s’est passé », a-t-il dit. « Il n’y a certainement aucune excuse, pour personne, dans les forces armées pour se comporter de la manière dont les photographies ont montré que certains s’étaient comportés », a-t-il ajouté. Interrogé sur les conséquences que ces images ont laissées dans l’opinion mondiale, M. Rumsfeld a déclaré: « C’est un fait de la vie. Cela est arrivé, c’est une chose terrible qui s’est produite et qui n’aurait pas dû se produire ».
Mardi, lors d’une conférence de presse, Donald Rumsfeld avait reconnu l’ampleur des dégâts pour l’image des Etats-Unis dans le monde.
Les photos de prisonniers irakiens subissant des sévices pratiqués par des soldats américains dans la prison d’Abou Ghraïb, près de Bagdad, publiées la semaine dernière, ont provoqué un tollé dans le monde et principalement dans les pays arabes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *