Jérada : La société civile se mobilise

L’atelier fait partie d’un programme de formation soutenu par divers partenaires du tissu associatif local, notamment l’Association française «Rencontre», le réseau associatif marocain «Adder.ma», le Centre d’études et de recherches en sciences Sociales (CERSS-Rabat), le Forum national de l’action associative, etc.
Le forum était articulé autour de plusieurs thèmes relatifs essentiellement aux impératifs de la formation pour les dirigeants et responsables associatifs dans les domaines de la gestion administrative et financière, du montage des dossiers juridiques et administratifs des entités associatives, de l’élaboration des projets et des actions de terrain, de l’établissement des relations de partenariat ; ainsi que des formules de coopération avec les structures institutionnelles, les collectivités locales et les réseaux associatifs nationaux et internationaux. Lors des diverses interventions, notamment de M. Abdelouahed Bougriane, coordinateur de la Fondation Friedrich Naumann, de M. Oussama Loukili, du Réseau «Rencontre», de M. Yahia Dahmani, expert en micro-finance, de M. Abdellatif Benomar, chercheur à l’Institut supérieur de l’information et de la communication (ISIC-Rabat) et de M. Aârab Issiali, président de «Jérada Mémoire», l’accent a été mis sur la nécessité d’établir des relations de complémentarité et des synergies au sein même du tissu associatif local, d’une part, et d’autre part entre ce tissu et les divers apports extérieurs, que ce soit sous forme de conseil, d’accès à l’information, de cycles de formation ou de contributions financières.
L’importance de l’organisation et de la mise à niveau des associations est d’autant plus pertinent dans l’ancienne ville minière que depuis la cessation de l’activité extractive du charbon, les efforts de reconversion économique et sociale demeurent lourdement pénalisés par la disproportion entre la taille des problèmes à résoudre et les compétences des divers intervenants locaux.
Néanmoins, il existe une réelle volonté de mobilisation chez la société civile locale qui s’inscrit dans une dynamique d’initiatives, de recherche de l’information pertinente, d’établissement de passerelles et de canaux de communication avec le maximum d’interlocuteurs et de partenaires, afin de parvenir ensemble à l’accès aux compétences et aux opportunités de financement, dans le dessein de donner un contenu viable et durable au projet de société d’un Maroc ingénieux, ouvert sur la modernité, volontariste et ambitieux. Parallèlement aux ateliers de formation en matière de gouvernance et de gestion et de management associatif, l’universitaire et écrivain marocain, le Professeur Hassan Bahraoui a animé un atelier consacré au thème de «Culture et Développement» dont l’objectif était d’esquisser les contours d’un programme d’action avec les acteurs culturels locaux afin de valoriser les compétences et le patrimoine culturel et artistique local et de les mettre au service de la dynamique économique et sociale engagée dans l’ancienne ville ouvrière.
Les intervenants ont unanimement retenu le thème de la mémoire comme source d’inspiration d’une série d’actions de prestige et de communication et comme espace de liaison et de partenariat avec les autres anciens sites miniers à travers le monde et notamment dans les pays d’Europe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *