Karima El Mahroug, alias Ruby : La starlette qui déstabilise Berlusconi

Karima El Mahroug, alias Ruby : La starlette qui déstabilise Berlusconi

La starlette marocaine «Ruby la voleuse de cœurs», une grande brune plantureuse aux longs cils, est au centre d’un scandale qui vaudra en avril un procès au chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi pour avoir rétribué ses services sexuels quand elle était mineure. La danseuse sexy a participé entre février et mai 2010 à des fêtes débridées données par le Cavaliere dans ses résidences privées, où il l’aurait inondée d’argent et de cadeaux alors qu’elle avait juste 17 ans. Une ample couverture médiatique a été accordée à des écoutes téléphoniques et témoignages sur les parties de débauche présumées de M. Berlusconi et ses proches, avec des prostituées et des aspirantes à la gloire télévisée. Ruby, de son vrai nom Karima El Mahroug, est arrivée avec sa famille à Letojanni en 2003. Elle y a vécu quatre ans avec son père colporteur, sa mère femme au foyer et ses trois plus jeunes frères et sœur puis s’est enfuie à l’âge de 14 ans. Dans cette petite ville sicilienne, la fugueuse était déjà connue pour son tempérament instable et une tendance à commettre de menus larcins et la police l’a placée dans plusieurs foyers en Sicile et à Gênes. Elle s’en est à chaque fois immédiatement enfuie, selon la presse italienne. Apparemment remarquée par l’entourage de M. Berlusconi dans une discothèque de Milan, elle a été engagée pour divertir le milliardaire par Nicole Minetti, une ancienne hygiéniste dentaire à présent conseillère régionale du parti de Berlusconi. C’est d’ailleurs Nicole Minetti qui a aidé Berlusconi à tirer Ruby de prison en mai lorsqu’elle a été arrêtée pour un vol présumé, accusée par sa colocataire de lui avoir dérobé 3.000 euros. Berlusconi a appelé le poste de police et plaidé pour sa libération, affirmant qu’elle était la nièce de l’alors président égyptien Hosni Moubarak. Il a demandé de la confier à Nicole Minetti pour éviter un incident diplomatique. Un Berlusconi indigné a par la suite clamé qu’il ne savait pas que Ruby n’était pas la nièce de Moubarak, arguant que cette histoire faisait partie d’une série de mensonges de la jeune fille, qui l’avait également trompé sur son âge. Il est également accusé d’avoir payé les prestations sexuelles de la jeune fille avant ses 18 ans, un fait pénalement répréhensible selon la législation italienne mais nié par les deux intéressés.
A présent, Ruby est devenue l’héroïne du scandale: elle a protesté de son innocence sur plusieurs chaînes de télévision et raconté sa version de son passé troublé en forme de douloureuse histoire. Une fois, elle a même pleuré en racontant son viol présumé à l’âge de 9 ans par deux oncles paternels que sa mère lui a dit de tenir secret en lui disant : «si ton père découvre que tu n’es plus vierge, il te tuera». Se disant enceinte et sur le point de se marier avec Luca Rizzo, un gérant de discothèque de 41 ans, Ruby, considérée comme une «victime» dans le procès, parle avec tendresse de M. Berlusconi, qu’elle décrit comme un homme charitable et très seul, contraint d’acheter l’affection des femmes.

  Ella Ide (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *