L Istiqlal boycotte El Ouafa au Parlement

L Istiqlal boycotte El Ouafa au Parlement

La relation entre le parti de l’Istiqlal (PI) et l’un de ses anciens enfants fétiches vire à la confrontation. Les parlementaires du PI ont boycotté hier, lundi, la présentation au Parlement de Mohamed El Ouafa, ministre des affaires générales et de la gouvernance, du budget de son ministère ainsi que le budget de la présidence du gouvernement. Noureddine Moudiane, chef du groupe parlementaire de l’Istiqlal à la première Chambre parlementaire, n’y va pas par quatre chemins pour expliquer cette décision. «C’est la moindre des choses qu’on aurait pu faire. De toutes les façons, la décision du parti et du groupe était déjà prise sur ce sujet car nous n’allons pas cautionner la présence d’un ministre au gouvernement alors que notre parti l’a expulsé de ses rangs», dit-il. Mais le PI ne compte pas s’arrêter à un simple boycott.

Le parti s’apprête à voter contre le budget du ministère de Mohamed El Ouafa et pourquoi pas le faire tomber. «Nous allons voter contre le budget du ministère des affaires générales et de la gouvernance d’abord parce que nous sommes un parti d’opposition qui ne trouve pas dans le projet de budget de 2014 une sortie de crise. Ensuite, nous allons voter contre le budget de Mohamed El Ouafa parce que nous avons la certitude que ce ministre n’a pas les compétences pour conduire les affaires économiques du gouvernement et de surcroît la réforme de la Caisse de compensation», poursuit Moudiane. Des moments difficiles attendent Mohamed El Ouafa au Parlement.

Si le ministre peut compter sur le soutien des députés des partis de la majorité à la Chambre des représentants, sa mission sera un peu plus délicate à la Chambre des conseillers où l’opposition est majoritaire. L’Istiqlal peut avec d’autres partis de l’opposition voter contre le budget du ministère de Mohamed El Ouafa et le faire tomber de facto. Ce scénario reste plausible puisqu’un ancien ministre istiqlalien, en l’occurrence Karim Ghallab, avait assisté impuissant il y a quelques années à la chute de son budget en commission.

De toutes les manières, la confrontation entre le PI et Mohamed El Ouafa n’a pas pris fin avec l’expulsion de ce dernier des rangs du parti de la balance. Cette confrontation pourrait même prendre des proportions plus importantes lorsqu’on sait que le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane a tout fait pour maintenir El Ouafa au gouvernement au point d’en faire une affaire personnelle.

Aujourd’hui, l’Istiqlal démontre avec son boycott que ses responsables en font également une affaire personnelle. La confrontation ne fait que commencer. Dossier à suivre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *