L Istiqlal prêt à en découdre avec le gouvernement Benkirane

L Istiqlal prêt à en découdre avec le gouvernement Benkirane

Le chef de gouvernement a laissé entendre que la composition de son nouveau cabinet devrait être connue dès ce jeudi.

Abdelilah Benkirane, qui intervenait au cours d’une conférence organisée par la commission de l’égalité des chances et de la parité de son parti mercredi à Rabat, a affirmé que son nouveau gouvernement sera fin prêt pour la cérémonie d’ouverture de la session d’automne du Parlement. Il a également précisé que la nouvelle équipe comprend plus de femmes que l’actuelle.

Très en verve malgré «le cycle des réunions et des concertations dans les circonstances particulières actuelles», le leader du PJD et chef de gouvernement a retrouvé ses anciennes habitudes de boute-en-train et multiplié les facéties au cours d’une allocution improvisée dans laquelle il s’est dit être heureux si le gouvernement comportait une majorité, voire était en totalité constitué de femmes. Il a cependant fait la sourde oreille devant les interpellations de l’assistance qui lui demandait de préciser le nombre des femmes siégeant au nouveau gouvernement.

Jugeant que l’égalité des chances et la parité est un élément de progrès qui est devenu universel, Abdelilah Benkirane a dit y souscrire en sa qualité de chef de gouvernement des Marocains, fonction qui l’oblige à taire ses propres convictions ou les idéaux de son parti à l’occasion. «J’ai pris l’engagement de mettre en œuvre l’application des dispositions de la Constitution et je le ferai», a-t-il clamé. D’ailleurs, a-t-il ajouté, c’est à dessein que la Constitution parle de tendance vers la parité, «tant il est vrai que les mentalités sont malaisément modifiables». Il n’empêche, a-t-il poursuivi, «qui pouvait prédire il y a 10 ans qu’il y aurait des femmes juges ou qu’elles seraient 67 à siéger au Parlement aujourd’hui. C’est le progrès et il est nécessaire».

Toutefois, a-t-il admis, il faut forcer la main aux circonstances en luttant contre les stéréotypes nuisant à l’image de la femme, en s’élevant contre toutes les formes de discrimination et en agissant en faveur de l’habilitation de la femme aux postes de responsabilité et en renforçant cette action par des mesures de discrimination positive. Cette discrimination positive, le ministre délégué à la fonction publique et à la modernisation de l’administration en a parlé comme d’une pratique courante dans son département. En un an, a-t-il déclaré, le nombre des femmes occupant des fonctions de haute responsabilité est passé de 5% en 2012 à 13% cette année.

Dans le même temps le nombre des fonctionnaires femmes occupant des postes de cadre moyen est passé de 15 à 16%. Le ministère n’aura de cesse de porter la présence des femmes dans la fonction publique à 22% en 2014, a-t-il conclu.

Organisée par la commission de l’égalité des chances et de la parité du PD, la conférence dont l’intitulé est «La femme dans les postes de haute responsabilité» pose la question de l’approche genre, se veut un espace de réflexion sur la meilleure façon de la réaliser et se propose de porter ses recommandations «aux décideurs». Parmi les sujets qui y ont été évoqués : la femme dans la haute fonction publique, analyse juridique du système de motivation à l’accès aux postes de haute responsabilité et la femme entre obligations professionnelles et vie familiale. Anticipant sur le temps dévolu à ce dernier sujet, Abdelilah Benkirane avait laissé entendre dans son allocution d’ouverture qu’il envisagerait de porter le congé de maternité de 3 mois et 10 jours à 6 mois.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *