l ONU lance la journée internationale de l agriculture familiale

l ONU lance la journée internationale de l agriculture familiale

C’est à New York que l’ONU a lancé l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF) 2014. A travers le monde, plus de 500 fermes familiales ont été recensées, c’est dire le grand potentiel dont disposent les agriculteurs familiaux dans l’éradication de la faim et la conservation des ressources naturelles puisque ces familles mêmes produisent les aliments qui servent à nourrir des milliards d’êtres humains.

Si l’on se base sur les données fournies par l’ONU, dans de nombreux pays en développement, les fermes familiales constituent en moyenne 80% de toutes les exploitations agricoles. Lors du lancement de l’année agricole 2014, le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a largement insisté sur le potentiel productif des agriculteurs familiaux. Il déclare à ce titre : «Nous reconnaissons que les agriculteurs familiaux sont des figures de proue dans la double urgence à laquelle est confronté le monde aujourd’hui: améliorer la sécurité alimentaire et sauvegarder les ressources naturelles, conformément aux Objectifs du millénaire pour le développement, au débat sur l’agenda de développement post 2015 et au défi faim zéro».

A ce jour cependant, les faits continuent à donner froid au dos puisque plus de 70% des personnes victimes d’insécurité alimentaire vivent dans les zones rurales de l’Afrique, de l’Asie, de l’Amérique latine et du Proche-Orient. Ce sont aussi des agriculteurs familiaux, et surtout des petits exploitants, ayant un accès limité aux ressources naturelles, aux politiques et aux technologies. Un point qu’a d’ailleurs confirmé Graziano da Silva en indiquant que «la plupart des agriculteurs familiaux et des petits pêcheurs, éleveurs, communautés autochtones et traditionnelles font partie des populations les plus vulnérables au monde». Une situation que seuls la mise en valeur de ces agriculteurs et un engagement des gouvernements à leur appui peuvent modifier, d’où l’importance de cette année internationale qui a pour vocation de mettre la lumière sur le rôle fondamental de ces agriculteurs dans la réduction de la faim.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *