La Commission nationale de la commande publique installée ce mercredi

La Commission nationale de la commande publique installée ce mercredi

13 membres siègeront au sein de cet organe autonome à caractère technique

Treize membres, reconnus pour leur compétence et expertise, siègeront au sein de cet organe autonome à caractère technique. Trois de ces représentants professionnels relèvent du secteur privé.

Après une longue attente, la Commission nationale de la commande publique prend forme. L’instance sera officiellement installée ce mercredi. Le coup d’envoi devrait être donné par le chef de gouvernement Saad Eddine El Othmani, franchissant ainsi le premier pas en matière d’encadrement de la commande publique et de maîtrise de la dépense publique. Treize membres, reconnus pour leur compétence et expertise, siègeront au sein de cet organe autonome à caractère technique. Trois de ces représentants professionnels relèvent du secteur privé. Une ouverture qui illustre pleinement le changement profond dans le rôle que jouerait désormais la Commission nationale de la commande publique dans le développement du partenariat public-privé. La finalité étant d’associer l’entreprise à la prise de décision. Elle dispose ainsi du droit de saisine de la Commission pour exprimer ses doléances, notamment en cas de litige l’opposant à l’administration aux niveaux précontractuel et contractuel.

«L’importance de la Commission nationale de la commande publique est liée au développement de la commande publique qui constitue désormais un levier stratégique de développement économique et social», apprend-on du Secrétariat général du gouvernement. Cet intérêt est porté particulièrement par le volume record des investissements publics de l’Etat, des collectivités territoriales et des entreprises et établissements publics. La valeur est estimée à 195 milliards de dirhams contre 160 milliards de dirhams en 2011 représentant ainsi 17,4% du Produit intérieur brut. Notons que le chantier de réformes a démarré depuis 1997. Plusieurs mesures ont été adoptées dans ce sens visant à la fois le corpus juridique régissant les finances publiques et les marchés publics. «Ces réformes se sont focalisées sur des aspects procéduraux sans prendre en compte la dimension économique au niveau de l’achat public. Cette dimension est pourtant fondamentale pour réaliser des achats de qualité au meilleur prix et ainsi garantir une meilleure rationalisation de la dépense publique», apprend-on de même source. L’intégration de cette dimension dans les objectifs stratégiques de la Commission nationale de la commande publique permettra de relever d’important défis.

La Commission entend ainsi répondre aux attentes des parties prenantes de la commande publique, en l’occurrence administration, secteur privé et organes de contrôle. La Commission entend également mettre en place des tribunes d’échanges dans le cadre du partenariat public-privé. Cette instance favorisera, par ailleurs,  la promotion de la Petite et moyenne entreprise ainsi que la diffusion de la culture de la bonne gouvernance et la mise en place d’un système d’information à la fois dynamique, fiable et inclusif.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *