La finance islamique devrait poursuivre sa croissance rapide en 2010

La finance islamique devrait poursuivre sa croissance rapide en 2010

La finance islamique, conforme aux principes de la loi islamique (Charia), devrait poursuivre sa forte croissance en 2010 après avoir bien résisté à la crise financière, selon une étude de l’agence de notation Standard and Poor’s (S&P) publiée lundi. «Nombre d’institutions financières islamiques semblent avoir été préservées de la crise financière mondiale, ce qui est probablement attribuable, selon nous, au fait que les principes de la loi islamique interdisent les intérêts», estiment les analystes de S&P.
Ces principes les auraient ainsi dissuadés d’investir dans des produits financiers complexes qui ont agi comme courroie de transmission de la crise financière. De ce fait, mais aussi grâce à une diversification géographique renforcée, la finance islamique devrait poursuivre sa croissance soutenue en 2010, selon l’agence, qui évalue à environ mille milliards de dollars l’ensemble des actifs gérés selon les principes de la Charia. Un rapport récent de l’association britannique International Financial Services London (IFSL), évaluaient ces actifs à 951 milliards de dollars fin 2008. Les auteurs de l’étude estiment que le développement de la finance islamique devrait notamment être soutenu par des avancées dans les pays non musulmans, en particulier l’Europe de l’ouest. Ils citent la France, l’Italie et Malte.
Ils soulignent néanmoins que des interrogations demeurent quant à la véritable capacité d’implantation de la finance islamique dans cette zone. Outre les obstacles réglementaires, notamment en matière fiscale, l’agence cite les incertitudes concernant la demande pour les produits conformes aux principes de la Charia. «La visibilité manque quant à l’intérêt des musulmans pour l’offre de banque islamique et la capacité de ces produits à attirer des non musulmans», relève S&P. La finance islamique interdit le recours aux intérêts, la spéculation, et les investissements dans des activités considérées comme impures (comme le jeu, l’alcool, l’armement, la pornographie, le tabac…).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *