La jeunesse, une thématique récurrente dans les discours royaux

La jeunesse, une thématique récurrente  dans les discours royaux

Elle traduit l’intérêt royal accordé à cette frange de la société

Sa Majesté avait rappelé que les progrès enregistrés au Maroc ne profitent pas à tous les citoyens, et plus particulièrement aux jeunes qui représentent plus d’un tiers de la population.

« –Nous appelons à l’élaboration d’une nouvelle politique intégrée dédiée aux jeunes. Axée fondamentalement sur la formation et l’emploi, celle-ci devrait avoir le potentiel nécessaire pour proposer des solutions réalistes aux problèmes réels des jeunes». Il s’agit là d’un extrait du discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI adressé à la Nation le vendredi 13 octobre 2017 à l’occasion de l’ouverture de la première session de la 2e année législative de la 10e législature. Il faut dire que la jeunesse reste une thématique récurrente dans les discours royaux. «Assurer la mise à niveau de la jeunesse marocaine pour favoriser son engagement actif et efficient dans la vie publique nationale constitue un défi majeur qu’il convient de relever de manière appropriée», soulignait le Souverain dans le même discours. Sa Majesté avait également rappelé que les progrès enregistrés au Maroc ne profitent pas à tous les citoyens, et plus particulièrement aux jeunes qui représentent plus d’un tiers de la population.

A cette occasion, Sa Majesté a appelé à «l’élaboration d’une nouvelle politique intégrée dédiée aux jeunes. Axée fondamentalement sur la formation et l’emploi, celle-ci devrait avoir le potentiel nécessaire pour proposer des solutions réalistes aux problèmes réels des jeunes». La question de la jeunesse a également constitué un axe central dans le discours à la Nation, prononcé en 2012 à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple, dans lequel SM le Roi appelait déjà à «mettre au point une stratégie globale qui mettrait fin à la dispersion des prestations fournies actuellement à notre jeunesse, et adopter une politique intégrée qui associe, dans une synergie et une convergence, les différentes actions menées en faveur des jeunes». Par ailleurs, la Constitution de 2011 a octroyé une place de choix à la jeunesse marocaine.

Il faut dire que l’adoption de la Constitution a constitué une opportunité majeure pour l’institutionnalisation des actions et initiatives en faveur de la jeunesse. Dans ce sens, le texte constitutionnel introduit les principes et modalités nécessaires pour réussir un saut qualitatif en matière de favorisation de son développement dans la société. L’article n°33 de la loi fondamentale stipule qu’il incombe aux pouvoirs publics de prendre toutes les mesures appropriées pour atteindre trois objectifs primordiaux : (1), étendre et généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays; (2), aider les jeunes à s’insérer dans la vie active et associative et prêter assistance à ceux en difficulté d’adaptation scolaire, sociale ou professionnelle; faciliter l’accès des jeunes à la culture, à la science, à la technologie, à l’art, au sport et aux loisirs, tout en créant les conditions propices au plein déploiement de leur potentiel créatif et innovant dans tous ces domaines.

Avec la mise en place d’un Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative, avec pour principale mission la formulation de propositions sur tout sujet d’ordre économique, social et culturel intéressant directement les jeunes et l’action associative, la participation des jeunes devrait être formellement institutionnalisée. En effet, le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative est composé de deux entités, celle chargée de la promotion de la jeunesse et celle dédiée à l’action associative.

A noter qu’une loi qui avait été adoptée par les parlementaires, il y a quelques mois, fixe les attributions du Conseil qui consistent principalement à émettre des avis sur toutes les questions qui lui sont soumises par S.M. le Roi, le gouvernement et les présidents des deux Chambres. Le Conseil a aussi comme prérogative la contribution à l’élaboration des stratégies mises en place par le gouvernement en matière de promotion des conditions de la jeunesse et du développement de l’action associative, la réalisation de recherches et d’études et la formulation de recommandations au profit des autorités compétentes pour la promotion des conditions des jeunes et de l’action associative.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *