La peine de mort pour Zaïmi, de la prison ferme pour Jelmad

La peine de mort pour Zaïmi, de la prison ferme pour Jelmad

Après plusieurs semaines d’examen, la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca a baissé le rideau -au moins en premier degré-, sur l’affaire du baron de la drogue Najib Zaïmi où sont impliqués Mohamed Jelmad, l’ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, et d’autres policiers, gendarmes et éléments des Forces auxiliaires. En effet, vers 20h30 du jeudi 12, après cinq heures de délibération, la Cour a prononcé son verdict contre le premier mis en cause dans cette affaire qui a défrayé la chronique judiciaire. Jugé coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort de son cousin, kidnapping, séquestration, torture et trafic de drogue à l’échelle internationale, Najib Zaïmi a été condamné à la peine de mort, assortie d’une amende de 600 mille dirhams et de dommage et intérêt d’un million de dirhams pour le compte de l’administration des douanes. Quant à Mohamed Jelmad, il a été jugé coupable de corruption et a écopé de trois ans de prison ferme assortie d’une amende de 15 mille dirhams. Trois personnes impliquées dans la torture entraînant la mort du cousin de Najib Zaïmi ont été condamnées à perpétuité. Il s’agit de Nabil Bachiri, Hicham Chaou et Omar Daïf, pharmacien de son état. Le gardien de la ferme de Najib Zaïmi et trois chauffeurs de ses taxis ont écopé chacun de trente ans de réclusion criminelle. 20 ans de prison ferme était la peine prononcée contre son père, Mohamed, un enseignant en retraite, jugé coupable pour complicité à la séquestration. La Cour a également condamné, à 7 ans de réclusion criminelle, Lahbib Mamouni, Salah Folko et à 6 ans Laâziz Rochdi et Hassan El Fatihi. Le cousin de Najib Zaïmi a écopé de 5 ans de prison ferme. Sa sœur Nabila et un certain Lhusseïne Akharfi ont été condamnés à 4 ans de prison ferme, le journaliste, Mohamed Khabach, à 2 ans et le directeur d’une agence bancaire, Mohamed Yassine Jirari, à deux ans et demi de prison ferme. Les condamnés doivent également verser des amendes allant de 70 à 10 mille dirhams. Par ailleurs, la Cour a acquitté 18 mis en cause dont le commissaire de police, Hamid Haji, un gardien de paix, un fonctionnaire à la DGSN, un élément du 2ème bureau des FAR, quatre gendarmes et neuf éléments des Forces auxiliaires. Rappelons que l’affaire remonte au 2 mai 2010 quand les forces de l’ordre ont fait irruption dans le domicile de Najib Zaïmi, à Nador, pour procéder à la saisie d’une quantité de chira estimée à 7.500 kg, d’importantes sommes d’argent, de faux documents officiels et différentes armes blanches.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *