La Pologne se mobilise pour l’Europe

Les électeurs polonais ont jusqu’à dimanche soir pour compenser la forte abstention qui a caractérisé la première journée du référendum sur l’adhésion de leur pays à l’Union européenne, requérant pour être validé la participation d’au moins 50 % d’entre eux.
Seules 5,2 millions de personnes, soit 17,6 % des quelque 29,7 millions d’électeurs inscrits, sont allées voter samedi. Si la participation n’augmente pas sensiblement dimanche pour atteindre la barre des 50 %, le parlement sera chargé d’entériner l’accession du pays à l’UE à la majorité des deux tiers.
La première journée de la consultation a correspondu au scénario catastrophe qui hantait les euro-enthousiastes depuis le début de leur campagne, appuyée par des personnalités telles que le président américain George W. Bush, le chancelier allemand Gerhard Schröder ou encore le pape Jean-Paul II – né Karol Wojtyla à Cracovie – qui a qualifié l’adhésion à l’UE d’"acte de justice historique". Le résultat du référendum dépendra maintenant de la mobilisation de l’électorat polonais, majoritairement catholique, au sortir de la messe.
Selon les derniers sondages réalisés avant le scrutin, les trois quarts des électeurs qui se prononceront choisiront de voter "oui" à l’UE. La Pologne est le plus grand des dix pays invités à adhérer au bloc européen en mai 2004. "Tout s’est bien passé pendant la nuit et nous avons ouvert comme prévu ce matin", a déclaré Jakub Augustynowicz, président de la sous-commission électorale n°98, dans le quartier de Mokotow, à Varsovie. Samedi, 36% des 2.039 électeurs inscrits dans ce bureau de vote étaient venus déposer leur bulletin dans l’urne.
La Commission électorale nationale a fait savoir que la totalité de ses 24.985 bureaux de vote avaient ouvert pour la deuxième fois ce week-end. Le nombre de personnes participant au scrutin doit être deux fois plus important que la veille pour que la participation atteigne le seuil fatidique des 50% des inscrits. Si le parlement devait se charger de ratifier le traité d’adhésion à l’Union européenne, cela pourrait être fatal au gouvernement minoritaire de Leszek Miller et inquiéter des investisseurs soucieux de voir adoptées des réformes économiques nécessaires à une intégration harmonieuse de la Pologne dans le bloc européen.
"Nous pouvons encore rattraper (le retard)", estime Andrzej Rychard, sociologue à l’Académie des sciences de Pologne, estimant par ailleurs que la faiblesse alarmante du taux de participation de samedi pourrait susciter une mobilisation massive de dernière minute. Les résultats des sondages de sortie des urnes doivent être rendus publics dès la fin du scrutin, prévue à 20h00 locales (18h00 GMT), et des résultats partiels sont attendus dans la soirée. Malte, la Slovénie, la Hongrie, la Lituanie et la Slovaquie ont toutes voté en faveur de l’adhésion à l’UE, mais les Slovaques ont été à peine plus de 50% à se rendre aux urnes. La République tchèque, l’Estonie et la Lettonie doivent encore se prononcer. Chypre ne prévoit aucun référendum.

Wojciech Moskwa (Reuters)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *