La réforme de l’enseignement, un vrai chantier prioritaire : Une éducation pour tous

La réforme de l’enseignement, un vrai chantier prioritaire : Une éducation pour tous

Avec  la vision à horizon 2030,  élaborée par le conseil supérieur,  et la loi-cadre sur l’enseignement votée en juillet 2019, la grande réforme de l’éducation est résolument sur  les rails.

C’est au milieu des années 90 que le Maroc décide déjà de se doter d’une charte en matière d’enseignement. Avec l’avènement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à la fin de cette décennie, la réforme de l’enseignement devient un vrai chantier prioritaire. L’objectif est de faire du système éducatif national un modèle. Plusieurs actions et projets sont ainsi lancés. Mais les besoins étaient encore grands en raison de plusieurs facteurs liés notamment à la démographie. C’est dans ce sens que l’année 2008 connaît le lancement d’un programme d’urgence. Ce programme se décline en quatre domaines complémentaires portant sur 23 projets. Il constitue une feuille de route censée insuffler une nouvelle dynamique à la réforme du système de l’éducation et de la formation à travers notamment l’adoption de l’approche consensuelle à la base de la Charte nationale d’éducation et de formation.Nouvelle vision pour une nouvelle écoleFace aux nouveaux défis liés notamment à la révolution numérique, l’école marocaine avait besoin d’un souffle nouveau. Ce fut chose faite avec la vision stratégique de la réforme 2015-2030 : pour une école de l’équité, de la qualité et de la promotion. Ce chantier est l’œuvre du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) qui a pris l’initiative d’élaborer une nouvelle vision stratégique de la réforme du système éducatif. Les fondements essentiels de cette stratégie visent à édifier une nouvelle école dont les principaux piliers sont l’équité et l’égalité des chances, la qualité pour tous et la promotion de l’individu et de la société. Le but était de positionner l’école au cœur du projet sociétal du pays, et considérant des rôles qui lui sont assignés en matière de formation des citoyennes et des citoyens de demain, de concrétisation des objectifs du développement humain et durable et de garantie du droit à l’éducation pour tous. C’est en 2014 que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé la cérémonie d’installation des membres du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Une institution qui prend le relais du Conseil supérieur de l’enseignement.Une loi-cadre… une feuille de routeOutre la vision stratégique de la réforme 2015-2030, le Maroc veut se doter d’une loi-cadre en matière d’enseignement. Eu égard à l’importance stratégique que revêt le secteur de l’éducation et de la formation en relation avec l’avenir des générations montantes, et en concrétisation de l’intérêt que porte Sa Majesté le Roi à la réforme de ce secteur vital et son fort attachement à garantir les conditions adéquates de son succès, un Conseil des ministres tenu en août 2018 a approuvé le projet de loi-cadre relatif au système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Ce projet s’inscrit dans le cadre des Hautes orientations royales visant à adopter une réforme, véritable et irréversible, du système national d’éducation et l’appel renouvelé du Souverain pour l’appropriation de cette réforme et l’adhésion collective et sérieuse pour sa mise en œuvre.Ce projet fixe les principes et les objectifs qui sous-tendent le système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, et ceux visant à garantir la synergie entre ses différentes composantes afin qu’elles puissent remplir leurs missions, en assurant un enseignement de qualité répondant aux principes d’équité et d’égalité des chances.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *